30 octobre 2009

CUPCAKES BABA AU RHUM


Ces cupcakes ont le parfum des babas au rhum mais pas la texture. Ce sont des petits quatre quarts aux pistaches, recouverts d'un léger glaçage au rhum.
Vous pourrez si vous le voulez, les surmonter d'une grosse rosette de crème fouettée, seulement, si vous êtes très gourmands et que vous ne les trouvez pas assez riches !
La recette est une fois de plus, issue de Cupcakes Academy, un livre qu'il faut absolument se procurer.

Pour 6 à 8 cupcakes ( selon la taille de vos caissettes )
2 gros oeufs
1/2 tasse + 1 cuillère à table ( 125 g ) de sucre
1 tasse ( 125 g ) de farine à gâteau
1/2 tasse ( 120 g ) de beurre fondu
1/4 tasse ( 50 g ) de pistaches hachées

Pour le glaçage :
3/4 tasse ( 150 g ) de sucre
4 cuillères à table de rhum brun

Pour la décoration :
Quelques pistaches hachées


Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ) et préparer un moule à muffins en disposant les caissettes en papier à l'intérieur.

Blanchir le sucre et les oeufs au batteur électrique.
Ajouter le beurre petit à petit en continuant de fouetter.
Incorporer la farine et les pistaches, et mélanger doucement jusqu'à homogénéité.

Remplir les caissettes à moitié et cuire de 15 à 20 minutes ou jusqu'à ce qu'un cure-dent inséré au centre, en ressorte sec.
Laisser tiédir 10 minutes avant de les retirer du moule et de les réserver sur une grille de refroidissement.

Faire chauffer le sucre et le rhum.
Dès que le sucre est fondu et commence à dorer, versez-en un peu sur le dessus de chaque cupcake.
Étaler le glaçage à la spatule sur les gâteaux de décorer de quelques pistaches hachées.

(Déclinaison-Cupcake Academy )
Imprimer la recette

29 octobre 2009

BRETZELS MOELLEUX


Quand j'étais petite, et que je mangeais un bretzel, je commençais toujours par décoller les grains de sel avec les dents. Une fois lisse, je pouvais commencer à le manger.
Si je vous raconte cela, c'est que mon fils fait exactement la même chose, sans avoir été informé de ma manie et j'ai trouvé cela vraiment drôle.
J'ai profité d'une journée froide et moche pour boulanger ces bretzels dodus et moelleux, qui se déguste tous chauds à la sortie du four ! Les bretzels sont meilleurs le jour même, mais il serait assez étonnant qu'il en reste le lendemain.

Pour 6 gros bretzels dodus et moelleux :
1 tasse ( 250 ml ) de lait
2 et 1/2 cuillères à thé de levure sèche active
3 cuillères à table de cassonade légèrement tassée
2 et ¼ tasses (335 g) de farine
5 cuillères à table de beurre non salé (2 cuillères à table pour la pâte, 3 cuillères à table pour le brossage des bretzels finis)
1 cuillère à thé de sel

3 tasses ( 750 ml ) d'eau
1/3 tasse ( 80 ml ) de bicarbonate de soude
Gros sel, au goût


Tiédir le lait jusqu'à ce qu'il soit à 110 F (43 C ).
Verser le lait dans le bol du mélangeur, muni du crochet, et saupoudrer la levure.
Laisser la levure ramollir, environ 2 minutes et incorporer la cassonade et 1 tasse (150 g) de farine avec une cuillère en bois.
Faire fondre 2 cuillères à table de beurre et incorporer au mélange.
Ajouter le restant de 1 ¼ tasses (185 g) de farine et de sel fin pour obtenir une pâte collante. Ajouter plus de farine si nécessaire (vous aurez probablement besoin de quelques cuillères à soupe) pour former la boule de pâte.
Pétrir jusqu'à ce que la pâte soit douce et élastique, et qu'elle ne colle plus aux doigts, soit 5 à 8 minutes.
Façonner la pâte en boule dans un bol légèrement huilé et recouvert de film alimentaire.
Laisser lever dans un endroit chaud jusqu'à ce qu'elle double de volume, environ 1 heure.

Préchauffer le four à 425 F ( 210 C ).
Tapisser une grande plaque à pâtisserie de tapis en silicone.
Dégonfler la pâte d'un coup de poing, puis la déposer sur une surface légèrement farinée.
Diviser la pâte en 6 morceaux égaux.
Rouler et étirer chaque morceau avec la paume de vos mains dans une corde de 30" ( 75 cm ).


Former chaque corde en forme de bretzel....On commence par former un U, puis on vrille une fois les deux extrémités, et on rabat les deux pointes sur l'arrondi du U.*
*Note : Vous pouvez les former aussi après le pochage, J'ai essayé les deux façons et je préfère pocher la corde de pâte et former le bretzel ensuite, mais c'est selon la dextérité de chacun.

Faire chauffer l'eau et le bicarbonate de soude. L'eau ne doit pas bouillir et doit être juste frémissante.
Pocher les bretzels 20 secondes dans l'eau et les placer sur les plaques de cuisson préparées.
Vous devrez replacer correctement les bretzels dans leur forme originale.
Saupoudrer de gros sel.

Enfourner pour 10 à 12 minutes.
Les badigeonner de beurre fondu à la sortie du four.

(Déclinaison-Once Upon A Chef-Food Network )
Imprimer la recette

27 octobre 2009

DARING BAKERS : LES MACARONS


The 2009 October Daring Bakers’ challenge was brought to us by Ami S. She chose macarons from Claudia Fleming’s The Last Course: The Desserts of Gramercy Tavern as the challenge recipe.

Après un essai franchement décevant de la méthode proposée pour ce défi, j'ai décidé de reprendre la méthode que j'utilise habituellement pour faire les macarons. La méthode de séchage dans le four à basse température ne m'a pas convaincue, ni la chaleur élevée pour la cuisson. Je me suis retrouvée avec des macarons sans collerette qui avaient plutôt l'air d'une tuile que d'une coque.

Je les ai faits à quatre saveurs, mes préférés sont " pomme d'amour ".
Les 4 saveurs :
Les macarons "Forêt noire" : La coque est faite avec du cacao ( j'ai remplacé 1/4 tasse de sucre à glacer par du cacao), la garniture est un mélange de fromage à la crème, sucre, cerises au marasquin et kirsch.
Les macarons " Tarte au citron" : La coque est à la vanille ( grains d'une gousse de vanille ajoutés aux blancs d'oeufs, la garniture est un lemon curd.
Les macarons "Sauvage" : La coque est à saveur de peuplier baumier et la garniture est une gelée d'agrumes au gingembre ( recette à venir ).
Les macarons "Pomme d'Amour " : La coque est à saveur de cannelle casse, surmontée de sucre d'érable, la garniture est un beurre de pommes à l'érable.


Ingrédients :
2 ¼ tasses (225 g ) de sucre à glacer
2 tasses (190 g ) de poudre d'amandes
2 cuillères à table de sucre
5 blancs d'oeufs

Colorants alimentaires au choix
Essences et extraits naturels au choix




Dans le robot culinaire, mettre la poudre d'amandes et le sucre à glacer et pulser jusqu'à l'obtention d'une poudre extra fine.
Tamiser la poudre obtenue et réserver.

Tiédir les blancs d'oeufs 10 secondes au micro-ondes à puissance minimale.
Les monter en neige .
Quand le fouet commence à laisser des marques, ajouter le sucre et l'extrait de votre choix en fouettant à vitesse maximale.

Ajouter quelques gouttes de colorant ( la quantité dépend de la coloration désirée ; commencer par de toutes petites quantités et ajuster au fur et à mesure ; il faut savoir que, le macaron, une fois cuit, est un peu plus clair.

Remettre un coup de fouet pour bien incorporer le colorant.

Incorporer progressivement et délicatement la poudre tamisée avec une spatule en silicone en faisant attention de ne pas casser les blancs.
Le mélange doit être lisse et brillant





Remplir une poche à douille .
Pour ce faire, tordre et enfoncer le bas de la poche dans le creux de la douille, poser la poche dans un pichet pour la faire tenir, et verser la pâte dans la poche.
Refermer la poche.

Dresser les macarons sur deux plaques recouvertes de tapis en silicone ou du papier parchemin, en les espaçant de 1" 1/4 ( 3 cm ) environ .
Les macarons doivent normalement s'étaler.
S'il reste une pointe sur le dessus, c'est que la pâte est trop épaisse.
Laisser croûter (reposer) au moins 1 heure ( dans une atmosphère de préférence pas trop humide).

Préchauffer le four à 285 F (140 C ).
Enfourner les plaques de macarons.
Laisser cuire 25 à 30 minutes .
Au bout de 5-6 minutes, la collerette doit commencer à se former.

Sortir les plaques du four et laisser reposer 30 secondes-1 minute, puis retirer les macarons qui doivent normalement se décoller tout seuls s'ils sont bien cuits en-dessous.
Attendre un peu s'ils résistent à se décoller.
Les poser sur le côté bombé afin que la base puisse sécher.

Ranger les macarons deux par deux en fonction de la taille et les assembler en les collant avec le fourrage

Une fois les macarons garnis, les mettre au réfrigérateur jusqu'au lendemain (à plat, le temps que la garniture se fige et que les macarons se "fixent" bien).

Attendre au moins un jour avant de les déguster.
Les macarons sont meilleurs au bout de 2-3 jours.
Ils se conservent une bonne semaine au réfrigérateur, mais on peut aussi les congeler (
pour les décongeler, les laisser à température ambiante, disons au moins une heure.).

LES MARDIS AVEC DORIE/TWD : BROWNIES FORÊT NOIRE



Pour ce nouveau Mardi avec Dorie/TWD, c'est April de Short + Rose qui a choisi la recette.
J'ai servi ce brownie extra chocolaté aux parfums du gâteau forêt noire, lors de notre diner de l'Action de Grâce.
Il faut profiter de recevoir beaucoup de monde pour le servir. car c'est un gros gâteau, très riche et assez lourd.
Quand on a mangé deux entrées, une dinde avec toutes les garnitures, je vous assure qu'une minuscule part suffit largement.
Néanmoins, il a été fort apprécié et mes invités en ont même ramené un petit peu chez eux.



Pour le brownie :
3/4 tasse ( 90 g ) de farine
1/4 tasse ( 30 g ) de cacao )
1 cuillère à thé de poivre noir moulu
1/4 cuillère à thé de sel
1 tasse ( 250 ml ) de cerises séchées
1/4 tasse ( 60 ml ) d'eau
1/4 tasse ( 60 ml ) de kirsch
3 cuillères à table de cerises au marasquin, hachées grossièrement
3/4 tasse ( 180 g ) de beurre non salé, coupé en morceaux
330 g ( 11 oz ) de chocolat, mi-sucré, coupé en morceaux
1 et 1/2 tasses ( 300 g ) de sucre
4 gros oeufs à température ambiante
1/4 cuillère à thé d'extrait de vanille

Pour la mousse
90 g ( 3 oz ) de fromage à la crème à température ambiante
1/3 tasse ( 65 g ) de sucre
1 cuillère à thé d'extrait de vanille
1 pincée de sel
1 et 1/2 tasses ( 360 g ) de mascarpone
3/4 tasse ( 180 ml ) de crème 35 % froide

Cacao pour saupoudrer
Cerises au marasquin pour décorer




Positionner la grille au milieu du four et préchauffer le four à 350 F ( 180 C ).
Beurrer un moule à charnière de 9" ( 23 cm ) de diamètre. Réserver.

Mettre les cerises séchées dans une petite casserole avec l'eau et faire bouillir à feu moyen jusqu'à ce que le liquide soit presque tout évaporé.
Ajouter le kirsch et laisser bouillir 1 minute.
Flamber et réserver.



Combiner la farine, le cacao, le poivre et le sel dans un bol.
Fondre le beurre et 210 g ( 7 oz ) de chocolat dans un bain-marie.
Retirer du feu et ajouter 1/2 tasse ( 100 g ) de sucre. Mélanger jusqu'à consistance lisse.
À l'aide du batteur électrique, battre les œufs, le sucre restant ( 200 g ), et l'extrait de vanille dans un grand bol jusqu'à pâle et épais, environ 5 minutes.
Aide d'une spatule, incorporer le mélange de chocolat fondu.
Ajouter le mélange de farine à la pâte, puis les cerises séchées, les cerises aux marasquin et le reste de chocolat en morceaux ( 120 g ) à la pâte.

Verser la préparation dans le moule préparé et lisser le dessus.
Cuire 55 minutes ou jusqu'à ce que le dessus soit sec et légèrement fissuré et qu'un cure-dent inséré au centre, en ressorte légèrement humide.
Laisser refroidir le brownie 15 minutes avant de démouler et le mettre dans un plat de service.
Laisser complètement refroidir.

Replacer la parois amovible du moule au tour du gâteau.



Pour la mousse :
L'aide du batteur électrique, battre le fromage à la crème, le sucre et l'extrait de vanille dans un bol moyen jusqu'à consistance homogène.
Réduire la vitesse
Ajouter le mascarpone et battre jusqu'à consistance lisse, puis ajouter la crème et battre jusqu'à consistance homogène.

Transférer la préparation dans une poche à douille avec un embout cannelés et garnir le brownie de façon esthétique.
Saupoudrer de cacao et garnir de cerises au marasquin, coupées en deux.

Couvrir et réfrigérer 4 heures.
Sortir le brownie du réfrigérateur, 20 minutes avant de le servir.
Imprimer la recette.

26 octobre 2009

PIZZA CAMPAGNOLA AUX 4 FROMAGES

La compagnie Aylmer a lancé une gamme de nouvelles sauces pour pâtes, et j'ai eu la chance de recevoir un échantillonnage de la gamme et pouvoir y goûter.
Si j'en parle, c'est que je les ai beaucoup aimées, sinon je me serais abstenue.
Pour faire mes pizzas, je n'essaie même pas de faire ma sauce , je l'achète toujours toute prête. Celles-ci ont de particulier, qu'elles ne contiennent aucun agent de conservation, ni de saveur ou de colorant artificiel et sont faibles en gras . La chose la plus importante pour moi, c'est qu'elles ne sont pas trop salées !
Pour cette pizza, j'ai utilisé la sauce Gourmet aux 4 fromages et la pâte à pizza que Rosa nous avait fait faire pour les Daring Bakers.
Mon fils a conclu son repas en me disant " Elle est débile ta pizza, maman !" La vérité ne sort elle pas de la bouche des enfants ?

La recette :
655 g de pâte à pizza
75 g de pancetta, émincée
1 petit oignon émincé
1 pomme de terre, pelée et râpée
1 cuillère à table de vinaigre balsamique
1 cuillère à table de thym frais
1 sachet de sauce pour pâtes Gourmet Aylmer aux 4 fromages vieillis
100 g de tranches de provolone
Sel et poivre au goût


Préchauffer le four à 500 F ( 260 C ).
Dans une casserole moyenne, cuire la pancetta et l'oignon à feu moyen environ 3 minutes.
Ajouter la pomme de terre râpée. Cuire 2 à 3 minutes en brassant.
Ajouter le vinaigre balsamique, le thym et la sauce pour pâtes.
Saler et poivrer au goût. Réserver.


Abaisser la pâte à pizza. La mettre sur une plaque à pizza huilée.
Étendre la sauce.
Garnir de fromage provolone.
Cuire 10 à 15 minutes ou jusqu'à ce que les extrémités et le fond soient cuits.

(Déclinaison-Domenico Forte, chef professeur, Institut de Tourisme et d'Hôtellerie du Québec )
Imprimer la recette

23 octobre 2009

GÂTEAU AUX POMMES ET AMARETTI




Cette recette m'a tout de suite fait de l'oeil quand je l'ai vue dans le dernier Châtelaine, celui dont Josée Di Stasio est la rédactrice en chef invitée.
Il ne contient pas beaucoup de farine, et a donc, une texture mi-flan/mi-clafoutis car il contient beaucoup de pommes. Pour lui donner de la tenue et beaucoup de saveurs, on y ajoute des amaretti ! C'est assez fabuleux comme gâteau , surtout si vous aimez les amandes !
J'ai un peu changé la méthode de cuisson : Vue que la pâte est assez liquide, je n'ai pas voulu utiliser un moule à parois amovible. J'ai utilisé mon moule à soufflé pour que le gâteau ait une bonne hauteur, et la seule façon de le démouler, est de le renverser.

1 tasse ( 200 g ) de sucre
1 gros oeuf
1 gros jaune d'oeuf
1 tasse ( 125 g ) de farine
2 cuillères à table de poudre à pâte ( levure chimique )
1 pincée de sel
1 tasse ( 250 ml ) de lait
2lb ( 1 kg ) de pommes, pelées, parées et coupées en fines lamelles
8 biscuits amaretti, réduits en chapelure grossière
1/2 tasse ( 120 g ) de beurre non salé, fondu
1/4 tasse ( 60 ml ) d'amaretto
Sucre à glacer pour saupoudrer



Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ), beurrer et fariner un moule à gâteau de 8" ( 20 cm ) de diamètre et d'au moins 4" ( 10 cm ) de haut ( J'ai utilisé un moule à soufflé ).

Blanchir le sucre avec l'oeuf et le jaune d'oeuf, jusqu'à ce que la préparation soit légère et mousseuse.
Dans un autre bol, mélanger la farine, la poudre à pâte et le sel.
Incorporer les ingrédients secs aux oeufs.
Mélanger jusqu'à homogénéité.
Ajouter le lait et bien mélanger.



Déposer le tiers de la pâte dans le moule. Recouvrir du tiers des pommes, parsemer du tiers des miettes d'amaretti.
Répéter l'opération deux autres fois.
Mélanger le beurre fondu et l'amaretto et verser le mélange sur le dessus du gâteau.

Cuire au four 1 heure à 1 heure 15 ( si au bout d'une heure le gâteau n'est pas cuit, couvrir d'aluminium, et poursuivre la cuisson 15 minutes de plus).

Laisser tiédir le gâteau 30 minutes, avant de le démouler en le renversant dans une assiette.
Attendre qu'il soit complètement refroidi avant de le saupoudrer de sucre à glacer.

(Déclinaison-Châtelaine )

Imprimer la recette

21 octobre 2009

TARTELETTES AUX COINGS


Je n'aime pas les coings, je les adore ! Je les mange versions sucrées et salées, mais ce que j'aime par dessus tout, c'est le parfum qu'ils dégagent à la cuisson. Celui qui sortira une essence de coings m'aura comme première cliente !
Jusqu'à la semaine dernière, je devais aller au marché Jean-Talon ou chez Adonis pour acheter des coings, désormais j'en trouve à mon épicerie ! Si c'est pas formidable tout ça !
Faire ces tartelettes, est d'une simplicité enfantine, pour un résultat vraiment excellent !

Coings pochés au four
4 coings verts
2 tasses ( 400 g ) de sucre
1 gousse de vanille fendue en deux ou de la verveine citronnelle
Le jus de 1 citron

Pâte à tarte :
1 et 1/3 tasses (175 g) de farine
Zeste d' 1 citron, râpé fin
Pincée de sel
1/2 tasse ( 120 g ) de beurre non salé, froid, coupé en petits cubes
1 jaune d’œuf
2 cuillères à table de sucre
2 cuillères à table de jus de citron frais

8 moitiés de coings pochés, bien égouttées
Liquide de cuisson des coings


Coings pochés au four
Préchauffer le four à 325 F ( 160 C ).

Bien laver les coings en prenant soin d’enlever le fin duvet, puis les mettre de côté.

Dans une casserole sur feu moyen, porter à ébullition l'eau et le sucre en remuant pour bien dissoudre le sucre.
Laisser bouillir 1 minute, puis ajouter la gousse de vanille ou la verveine citronnelle.
Peler les coings, en réservant la peau et les couper en deux dans le sens de la longueur.
Utiliser une cuillère parisienne pour en enlever le cœur.
Disposer les coings dans un plat allant au four, côté arrondi au fond, et ajouter la peau et le cœur.

Les arroser du sirop et couvrir le tout de papier d’aluminium.
Faire cuire les coings au four de 2 heures à 2 et 1/2 heures en prenant soin de les tourner toutes les demi-heures, jusqu’à ce qu’ils soient bien tendres.

Transférer les coings cuits dans un plat avec une cuillère à égoutter.
Passer le liquide de cuisson au tamis fin dans une casserole.
Ajouter le jus de citron et porter à ébullition, puis laisser bouillir 15 minutes ou jusqu’à ce que le liquide soit réduit de moitié et sirupeux.
Verser le sirop sur les coings et laisser refroidir.
Le sirop se solidifiera et aura la consistance d’une gelée.


Pâte à tarte :
Mettre dans un robot culinaire la farine, le zeste de citron et le sel, et bien mélanger au mode pulsé.
Ajouter le beurre et actionner de nouveau au mode pulsé pour obtenir une texture granuleuse.

Fouetter le jaune d’œuf, le sucre et le jus de citron, et ajouter ce mélange dans le robot culinaire, puis actionner au mode pulsé jusqu’à ce que la texture soit à peine homogène et que la pâte commence à se lier.
Transférer la pâte sur une surface farinée et la pétrir délicatement pour obtenir une boule. Aplatir la pâte, l’emballer dans une pellicule plastique et la mettre au moins 30 minutes au réfrigérateur.

Abaisser la pâte sur une surface légèrement farinée et en tapisser 8 moules à tartelette de 3 et 1/2 " (9 cm ).
Piquer le fond à la fourchette et réfrigérer au moins 30 minutes.

Préchauffer le four à 400 F ( 200 C ).

Mettre les tartelettes sur une plaque à pâtisserie et les faire cuire 12 minutes au four ou jusqu’à ce qu’elles soient dorées et croustillantes.
Les laisser refroidir sur une grille.

Enlever des coings les restes de noyau, puis couper les coings en tranches fines mais sans les séparer. Mettre une moitié de coing dans chaque fond de tarte en ouvrant légèrement les tranches en éventail.
Les badigeonner avec un peu du liquide de cuisson gélifié et fondu. .

(Déclinaison-Jennifer McLagan )
Imprimer la recette

20 octobre 2009

LES MARDIS AVEC DORIE/TWD : BISCUITS À LA PATATE DOUCE

Pour ce nouveau Mardi avec Dorie/TWD, c'est Erin de Prudence Pennywise qui a choisi la recette.
C'est la première fois que je suis autant déçue par la manière de faire, d'une recette de Dorie.
Elle préconise d'utiliser des boites de patates douces dans le sirop, qui, à priori , s'achètent uniquement aux États-Unis. Il fallait voir la tête des responsables de rayons dans les épiceries que j'ai visitées pour essayer de trouver ces boites.
On trouve des patates douces partout dans le monde, il aurait été bien plus simple de "penser " la recette avec une purée de patates douces maison pour que tout le monde puisse faire convenablement.
Il aurait été bien d'indiquer la quantité de substitution, car j'ai essayé de faire des calculs d'apothicaire en comparant les poids égouttés d'autres boites de conserves et ça n'a pas fonctionné.
J'ai mis 2 tasses ( 500 ml ) de patates douces et je me suis retrouvée avec une pâte tellement collante et pas manipulable, que j'ai été obligée de cuire les biscuits dans des moules.
Le côté positif de l'affaire, c'est que même loupés, mes invités n'y ont vu que du feu. Tout le monde a adoré " ces petits pains " à la patate douce, parce que c'est la texture qu'ils avaient : une texture de petits pains !




2 tasses ( 250 g ) de farine
2 cuillères à table de cassonade
1 cuillère à table de poudre à pâte ( levure chimique )
1 cuillère à thé de sel
6 cuillères à table de beurre non salé froid, coupé en 12 morceaux
3/4 à 1 tasse ( 180 à 250 ml ) de purée de patates douces
Pincée de cannelle en poudre ou muscade fraîchement râpée (facultatif)


Centrer la grille du four et préchauffer le four à 425 F ( 205 C )

Préparer des plaques à biscuits en les tapissant de papier parchemin.

Combiner la farine, la poudre à pâte, le sel et les épices.
Ajouter la cassonade et mélanger pour bien l'incorporer, en vous assurant qu'il n'y ait pas de grumeaux. Incorporer le beurre avec vos doigts, mélanger pour bien enrober de farine, jusqu'à ce que la préparation ait des morceaux de la taille d'un petit pois.

Ajouter les patates douces en mélangeant à la fourchette et mélanger jusqu'à homogénéité.


Sur un plan de travail fariné, abaisser la pâte et découper à l'emporte-pièce des formes d'1/2" ( 1 cm ) d'épaisseur.

Déposer les sur les plaques préparées et cuire de 14 à 18 minutes, ou jusqu'à ce que les biscuits soient dorés et gonflés.

Imprimer la recette

19 octobre 2009

BISCOTTI AU PARMESAN


J'ai fait ces biscotti pour faire un cadeau, mais j'en ai gardés pour moi, car ils sont vraiment excellents.
À déguster avec une tapenade, une salsa de tomates ou nature à l'apéro.
Je vous conseille de les présenter dans une boite en métal ou en pot de verre, et pour bonifier le cadeau, l'offrir en duo avec un vin apéritif ou des bulles.

1/2 tasse ( 100 g ) d'amandes effilées
1 tasse ( 125 g ) de farine
1 et 1/2 cuillères à thé de poudre à pâte ( levure chimique )
1 cuillère à thé de sel
1/4 cuillère à thé de poivre au moulin
1/2 tasse ( 120 g ) de beurre à température ambiante
2 cuillères à table de sucre
3 oeufs battus
1/2 tasse ( 125 ml ) de parmesan râpé


Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ).

Déposer les amandes sur une plaque et les faire rôtir légèrement, de 4 à 5 minutes. Réserver. Laisser le four allumé.

Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte, le sel et le poivre.
Dans le bol du mélangeur, crémer le beurre et le sucre, environ 2 à 3 minutes.
Ajouter les oeufs et mélanger vigoureusement.
Ajouter le parmesan et les amandes.
Incorporer le mélange de farine en remuant le moins possible.

Partager la pâte en deux parties égales.
Poser chaque part sur du film alimentaire et former un rouleau d'environ 10 " ( 25 cm ) dur 1 et 1/2" ( 4 cm ) de diamètre.
Envelopper chaque rouleau de pellicule plastique et réfrigérer au moins 30 minutes.

Tapisser une plaque de papier parchemin ou d'un tapis en silicone.
Déballer les rouleaux de pâte et les déposer sur la plaque. Aplatir légèrement le dessus.


Cuire au centre du four 25 minutes.
Retirer du four et couper à la diagonale en tranches de 1/2" ( 1 cm ).

Remettre les tranches sur la plaque en les disposant à plat.
Cuire au four 15 minutes.
Retourner les biscuits et cuire 10 minutes. Laisser refroidir.
Se conservent dans une boite métallique de une à deux semaines.

Imprimer la recette

18 octobre 2009

POTS DE CRÈME PÂRSÎ

Les pârsî ou « parses » - de Pârashika, peuple de Perse (Iran) - sont les adeptes du parsisme, confession dérivée du zoroastrisme, qui fuirent au VIIIe siècle une Perse conquise par les Arabes et s'installèrent en Inde.

Les noix de cheronji sont utilisées dans les desserts indiens pour leur subtile saveur et leur propriété épaississante. Elles se marient particulièrement bien aux desserts à base de lait ou de crème, mais peuvent être aussi bien utilisées dans les pâtisseries fines.
Vous trouverez des noix de cheronji chez Ednée et Philippe de Vienne, mais si vous n'en trouvez pas, ils conseillent d'utiliser des noix de pin.

Ces crèmes ont la texture des crèmes brûlées, leur parfum et leur saveur en font un dessert d'exception, qu'il me tarde de refaire.

Pour 8 personnes
3 tasses ( 750 ml ) de lait
1 tasse ( 200 g ) de sucre
1 et 1/2 tasses ( 375 ml ) de crème 35 %
2 oeufs
7 jaunes d'oeufs
1 gousse de vanille fendue
5 cardamomes, craquées
4 cuillères à table d'amandes moulues
2 cuillères à table de cheronji ou noix de pin, hachées
1/8 de fève tonka, râpée
1/2 cuillère à thé de macis, moulu
1/2 cuillère à thé d'eau de rose
1 pincée de sel


Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ).
Chauffer le lait avec la moitié du sucre, la vanille et la cardamome dans une casserole, jusqu'au point d'ébullition.
Baisser le feu, et laisser le lait s'évaporer tout doucement pendant 15 à 20 minutes.
Ajouter la crème et retirer du feu.

Entre-temps, battre les oeufs, les jaunes et le reste du sucre pendant 1 à 2 minutes.
Ajouter les amandes moulues, les noix de cheronji ( ou de pin ), la fève tonka, le macis, l'eau de rose et le sel et battre 1 minute de plus.


Retirer la vanille et la cardamome du lait chaud.
Verser le lait en un mince filet dans le mélange d'oeufs tout en fouettant constamment.
Verser dans 8 ramequins individuels.
Placer les ramequins dans un plat profond allant au four.
Verser 1/2" ( 1 cm d'eau chaude dans le plat.
Cuire au four jusqu'à ce que les crèmes soient fermes, soit 20 à 25 minutes.
Servir tiède ou froid.
(Déclinaison-Ethnée et Philippe de Vienne-La cuisine et le goût des épices )
Imprimer la recette

16 octobre 2009

POUDING CHÔMEUR AU CARAMEL À LA FLEUR DE SEL


Cette recette est une déclinaison de celle qui est dans le cahier "L'Épicerie" et qui clôture l'article sur le pouding chômeur.
Comme certains le savent déjà, le pouding chômeur est mon dessert préféré et celui de Caroline Dumas, servi chez Martin Picard est difficilement battable en terme de gourmandises extra-cochonnes. Normal, il est au sirop d'érable.
Comment se fait il, qu'adorant le caramel à la fleur de sel, n'avais-je pas encore pensé à l'utiliser pour le pouding chômeur ? Je me pose encore la question !
Ce pouding a beaucoup de sauce, le gâteau est super moelleux..c'est divin mais néanmoins, il n'a pas détrôné celui de Caroline.

Pour 6 portions

Caramel à la fleur de sel
2 tasses ( 500 ml ) de crème 35 %
2 tasses ( 350 g ) de cassonade pâle
1 cuillère à thé de fleur de sel
2 cuillères à table de beurre

Gâteau
1 et 1/2 tasse + 2 cuillères à table ( 195 g ) de farine
2 cuillères à table de poudre à pâte ( levure chimique )
1/3 tasse + 2 cuillères à table ( 100 g ) de beurre
1 tasse ( 200 g ) de sucre
2 oeufs entiers
1 blanc d’œuf
2 c. à thé d’extrait de vanille
1 tasse ( 250 ml ) de lait


Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ).
Préparer 6 bols à café au lait sur une plaque à pâtisserie.

Caramel à la fleur de sel :
Chauffer la crème jusqu'au point d'ébullition.
Hors du feu, ajouter la cassonade et mélanger jusqu'à ce qu'elle soit bien dissoute.
Ajouter le beurre et la fleur de sel et bien mélanger. Réserver.

Gâteau :
Dans un bol, mélanger les ingrédients secs. Réserver.
Au batteur électrique, crémer le beurre et le sucre.
Ajouter les œufs un à un et bien mélanger.
À basse vitesse, ajouter en alternance les ingrédients secs, le lait et la vanille et mélanger jusqu'à homogénéité.

Verser également la préparation dans les 6 bols, puis verser le caramel à la fleur de sel sur la pâte à gâteau.
Cuire pendant 25 minutes.
Attendre 15 minutes avant de déguster.
Imprimer la recette

15 octobre 2009

BROCHETTES DE BOEUF ET SALADE ASIATIQUE


Ce sont des petites brochettes asiatiques, très rapides à réaliser. J'avais acheté un rôti de boeuf dans lequel j'avais coupé des tournedos, il me restait donc de la viande à utiliser d'une autre façon.
Je vous conseille de faire votre mélange de 5 épices vous-mêmes, car j'ai trouvé que ça n'avait rien à voir avec celui que j'avais acheté, tout prêt, à l'épicerie chinoise.
En utilisant vos épices, vous serez sûrs de la fraîcheur et vous saurez exactement ce qu'il y a dedans.

Pour 2 personnes :
Brochettes :
1 cuillère à thé de cinq épices ( cannelle, graines de fenouil, anis étoilé, poivre, clou de girofle à parts égales )
3 cuillères à table d'huile végétale
Tabasco
1/2 lb ( 250 g ) de rôti de boeuf

Sauce:
1 gousse d'ail
1 cuillère à thé de miel liquide
1 cuillère à thé de vinaigre de vin blanc
1 et 1/2 cuillères à thé de nuoc mâm

Salade:
1/2 concombre anglais
3 oignons verts
1 poignée de cacahuètes grillées
1 poignée de feuilles de menthe
Quelques feuilles de salade


Préchauffer le gril du four.
Dans un saladier, mélanger les cinq épices, 1 cuillère à table d'huile et quelques gouttes de tabasco.
Couper le boeuf en lamelles, ajouter celles-ci à la préparation aux épices et remuer pour qu'elles s'imprègnent bien de la sauce.

Piquer les morceaux de viande sur des brochettes et les cuire sous le gril 2 à 3 minutes de chaque côtés, jusqu'à ce qu'ils soient complètement cuits.


Pendant ce temps, préparer la sauce.
Hacher l'ail et le mélanger dans un petit saladier avec le miel, le vinaigre et la sauce nuoc-mâm et 2 cuillère à table d'huile.
Émincer le demi concombre, de même que les oignons verts, puis concasser les cacahuètes.
Découper grossièrement les feuilles de menthe et les mélanger aux feuilles de salade, au concombre, aux oignons verts et aux cacahuètes. Remuer délicatement.

Répartir les brochettes sur 2 assiettes et servir avec la salade et un petit bol de sauce pour tremper.
Imprimer la recette

Vous écoutez quoi, en ce moment, quand vous cuisinez ?
Moi j'écoute Caravan Palace...en boucle...c'est super bon !




14 octobre 2009

MAIS QUELLES TÊTES DE COCHONS !!



Il y a peu de temps, j'ai découvert le blog de Tania, et cela a été un gros coup de coeur. Il est rempli de belles recettes, dont celle-ci qui m'a fait un gros clin d'oeil.
La recette est faîte à partir d'une pâte à brioche, mais en la faisant, je me disais qu'elle pourrait être facilement adaptable avec la pâte que j'avais utilisée pour faire les chaussons de Dorie.
Le but étant de faire un truc rigolo pour les enfants ( les petits et les grands ).
J'ai utilisé de la garniture à la crème d'amande, mais vous pouvez garnir avec ce que vous avez sous la main.
Ces têtes de cochons ont eu un ÉNORME succès à la maison, il a même fallu négocier pour que je puisse y goûter ! Un comble tout de même !


Pour 8 têtes de cochons:
La pâte :
4 tasses ( 500 g) de farine
2 cuillères à thé de levure à pain lyophilisée ( j'utilise de la levure pour machine à pain, donc pas besoin de la dissoudre )
200 ml de lait tiède
1/3 tasse + 2 cuillères à table ( 80 g ) de sucre
1/4 tasse ( 60 g ) de beurre
1 cuillère à thé de sel
1 oeuf
1 cuillère à thé d'extrait pur de vanille
Le zeste d'un citron

Crème d'amande pour la garniture ( ou confiture, chocolat etc... )
1 oeuf battu pour dorer
crème de noisette q.b.

Pour dessiner les yeux
Sucre à glacer mélanger avec quelques gouttes de jus de citron
Des raisins secs



Dans le bol du mélangeur, muni du crochet, mélanger tous les ingrédients et pétrir 8 à 10 minutes ou jusqu'à ce que la pâte soit douce et élastique.
Couvrir le bol de film alimentaire, et laisser lever 1 à 1 h 30 ou jusqu'à ce que la pâte double de volume.

Préparer deux plaques de cuisson, en les tapissant de papier parchemin.
Sur un plan de travail fariné, abaisser la pâte sur une épaisseur de 1/8 " (0,3 cm ).
Avec un emporte-pièce de 4 " ( 10 cm ) tailler 16 ronds, puis avec un emporte-pièce de 2" ( 5 cm ) tailler 8 ronds.
Avec les retailles, que vous aurez de nouveau, abaissées, couper une bande 8" x 1" ( 20 cm x 2,5 cm ).
Tailler 8 carrés, puis séparer les carrés par la diagonale, pour obtenir les 16 triangles des oreilles.

Sur les plaques de cuisson préparées, déposer 8 grands ronds.
Déposer une cuillère à table de garniture au centre, puis passer le tour du rond au pinceau mouillé et placer 2 triangles pour les oreilles.
Positionner les grands ronds restants au dessus des autres, et presser légèrement les bords.

Avec une paille, découper les narines sur les petits ronds qui serviront au groin.
Mouiller légèrement l'emplacement du groin, et le positionner en appuyant légèrement.

Rouler des petits morceaux de papier parchemin, pour mettre dans les narines du groin, afin qu'elles se referment pas à la cuisson.

Couvrir les têtes de cochon de torchon et laisser lever 1 heure.

Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ).
Badigeonner les tête de cochon d'oeuf battu.
Enfourner pour 20 à 25 minutes.

Sortir du four et laisser complètement refroidir.
Quand les têtes de cochon sont refroidies, mélanger du sucre à glacer avec du quelques gouttes de jus de citron, juste assez pour que la préparation soit assez malléable pour être travaillée avec les doigts.
Faire des petites boulettes de sucre à glacer et les placer pour faire les yeux, déposer ensuite, les raisins secs au centre.
Imprimer la recette