31 mars 2010

GULAB JAMUN REVISITÉS À LA SAUCE QUÉBÉCOISE


La dernière émission de la saison de Curieux Bégin, s'est terminée vendredi dernier, et pour me consoler, j'ai cuisiné ce dessert, inspiré par Danny St-Pierre qui, pour moi, a eu une idée de génie.
Il servait les gulab jamun dans du sirop d'érable chaud, avec de la compote de pommes et des mûres pour contre-balancer le côté " trop sucré".
J'ai préféré " couper " le sirop d'érable avec un jus de bleuet et de pomme-grenade, pour apporter une petite touche légère et acidulée. Et ça fonctionne ! C'est extra bon de chez bon et ça ne tombe pas sur le coeur !
Je trouve les jus de pomme-grenade et de bleuets/pomme-grenade à mon IGA, au rayon des jus de fruits frais.

Gulab Jamun :
1 tasse (250 ml) de lait écrémé en poudre
1/4 tasse (35 g ) de farine
1 c. à thé de bicarbonate de soude
3 cuillères à table de beurre
1/4 tasse (60 ml) de lait
Huile pour friture

Sirop :
1 tasse ( 250 ml ) de sirop d'érable
1 tasse ( 250 ml ) de jus de bleuet et pomme-grenade


Dans un grand bol, combiner la farine, le lait en poudre et le bicarbonate de soude.
Ajouter le beurre et sabler le tout, du bout des doigts, jusqu'à ce que l'appareil soit uniformément granuleux.
Verser le lait et pétrir jusqu'à ce que la préparation soit bien homogène.
Rassembler la pâte en boule (elle sera encore un peu collante) et la laisser reposer pendant 10 minutes.

Chauffer l'huile à 330 F (165 C), dans une friteuse ou un wok.


Faire chauffer le sirop d'érable et le jus de bleuet et pomme-grenade.
Travailler la pâte et façonner des boules de pâte de la grosseur d'une noix, en les roulant rapidement entre les paumes.

Déposer les boules de pâte (pas plus de 6 à la fois) dans l'huile chaude et les laisser cuire jusqu'à ce qu'elles soient dorées uniformément.
Retirer les boules de l'huile et les égoutter sur un essuie-tout.
Immerger les boules dans le sirop chaud, mais non bouillant, et les laisser reposer 10 minutes ou plus.

Déposer 4 boules par ramequin, ajouter un peu de sirop et servir aussitôt.
Imprimer la recette

30 mars 2010

POP-CORN CAJUN

Au même titre que la cuisine indienne, la cuisine cajun fait partie de mes préférées. C'est pour cela que, quand j'ai aperçu le livre de Micheline Mongrain-Dontigny , Cuisine Cajun et Créole, à ma bibliothèque, je me suis précipitée pour l'emprunter.
Étant fan de crevettes, la première recette à essayer, était une évidence !
C'est une fois que je les ai faites, que je me suis dit que j'avais vu une recette similaire, autre que dans le livre. En recherchant un peu, je l'ai retrouvée chez Jasmine, qui avait les même sources que moi.
Ça se mange en un rien de temps, il y a comme un ingrédient magique qui fait, que même sans avoir faim, on pige dans le plat tellement c'est bon !

2 lb ( 1 kg ) de crevettes, non cuites, décortiquées
3/4 tasse ( 120 g ) de farine de maïs
1/2 tasse ( 65 g ) de farine
1/2 cuillère à thé de sucre
1 cuillère à thé de sel
1 cuillère à thé de piment de Cayenne
1/2 cuillère à thé de poudre d'ail
1/2 cuillère à thé de poivre noir
2 oeufs
1 tasse ( 250 ml ) de lait
Huile végétale pour friture


Dans un saladier, mélanger la farine de maïs, la farine, le sucre, le sel, le piment de Cayenne, la poudre d'ail et le poivre.

Dans un autre bol, mélanger les oeufs et le lait.
À l'aide d'un fouet, incorporer, petit à petit, les ingrédients liquides aux ingrédients secs jusqu'à ce que la préparation soit homogène.

Laisser reposer la préparation pendant 1 heure.

Verser 3" ( 8 cm ) d'huile végétale dans une grande casserole profonde ou une friteuse électrique et chauffer à 360 F ( 182 C ).

Tremper quelques crevettes à la fois dans la pâte à frire, déposer délicatement dans l'huile chaude et frire environ 2 minutes, jusqu'à ce qu'elles soient dorées des deux côtés. Retourner une fois pendant la cuisson.
Imprimer la recette

29 mars 2010

GAUFRES À LA LEVURE


Ma tante Martine n'était pas ce qu'on appelle, une excellente cuisinière, mais du haut de mes 8 ans, je me rappelle qu'elle faisait les meilleures gaufres au monde. Et parce que j'avais dit ouvertement que je préférais les siennes à celles de ma mère, elle en faisait exprès pour moi, à chaque fois qu'on se voyait.
J'ai compris bien des années plus tard, le pourquoi du comment. Ma tante les faisait à la levure fraîche de boulanger. Et cela fait toute la différence : Au niveau de la texture, cela donne des gaufres très croustillantes et légèrement croutées, qui paraissent massives mais qui sont extrêmement légères. Elles restent bien en forme, refroidies.
Au niveau du parfum, c'est tout autre chose aussi...Ça sent la boulangerie et les foires de fêtes foraines. La levure fraîche a un parfum que j'aime beaucoup.
Je trouve ma levure fraîche dans les boulangeries Première Moisson. Je prends un gros pain que je coupe en morceaux et que je congèle, car la levure fraîche ne se conserve que 2 semaines au réfrigérateur.

Pour changer de sujet :
Seriez-vous intéressés à participer à la prochaine émission diffusée à la tv de Radio-Canada, les Chefs ?
Vous voulez en savoir davantage sur l'émission ?
Vous pouvez rencontrer l'équipe le lundi 29 mars aux portes ouvertes :
À MONTRÉAL : de 10h à 18h à la Maison de Radio-Canada au 1400, boul. René-Lévesque Est.
À QUÉBEC : de 10h à 18h au Cabaret du Capitol, au 972, rue Saint-Jean.
Elle sera là pour répondre à toutes vos questions et vous aider à vous inscrire.

Aussi, je vous invite à rejoindre la page facebook et twitter :
Vous trouverez le règlement pour participer sur le site de Radio-Canada :

Pour toutes questions vous pouvez communiquer avec Amélie Badier
(abadier@lapressetele.ca) ou Fanny Lhoumeau (fanny.lhoumeau@lapressetele.ca)


Pour environ, une douzaine de gaufres
30 g de levure fraîche de boulanger ( chez le boulanger )
1 cuillère à table de sucre
2 tasses ( 500 ml ) de lait à température ambiante
4 tasses ( 500g ) de farine
4 oeufs
2/3 tasse (160g ) de beurre fondu
1 cuillère à table d'extrait de vanille


Dans un saladier, délayer au fouet, la levure dans le lait puis ajouter le sucre et réserver.
Dans un très grand saladier ( la pâte va tripler de volume ), mettre la farine. Faire un puits au milieu, puis ajouter les oeufs et le beurre fondu.
Mélanger en délayant avec le lait, jusqu'à ce que la pâte soit homogène et sans grumeau.
Ajouter l'extrait de vanille et mélanger.

Couvrir le saladier de film alimentaire, et réserver dans un endroit tempéré pendant 2 heures.
La pâte sera épaisse et élastique, elle ne s'étendra pas dans le gaufrier comme les pâtes habituelles. Il faudra l'étaler un peu à la spatule.
Cuire les gaufres comme suggéré dans la notice de votre gaufrier, jusqu'à ce qu'elles soient dorées.

Imprimer la recette

27 mars 2010

DARING BAKERS : TIAN À L'ORANGE SANGUINE SELON ALAIN DUCASSE


Le défi des Daring Bakers nous est proposé, ce mois-ci, par Jennifer de Chocolate Shavings. Elle a choisi le tian à l'orange, recette adaptée de l'école de cuisine d'Alain Ducasse.

J'ai choisi les oranges sanguines pour le réaliser, parce que ce sont mes oranges préférées.
Je n'ai pas fait la recette de marmelade, comme demandé dans le défi, car j'en avais encore un petit stock à passer, que j'avais fait l'année dernière.
Le résultat est vraiment plus qu'excellent : C'est léger, pas très sucré et c'est très raffiné.
Nous l'avons trouvé meilleur le lendemain, les saveurs d'orange s'étant encore plus développées.

The 2010 March Daring Baker’s challenge was hosted by Jennifer of Chocolate Shavings. She chose Orange Tian as the challenge for this month, a dessert based on a recipe from Alain Ducasse’s Cooking School in Paris.


Pour la pâte sablée:
2 jaunes d'œufs à température ambiante
6 cuillères à soupe + 1 cuillère à thé ( 80 g ) de sucre
½ cuillère à thé d'extrait de vanille
¼ tasse + 3 cuillères à table ( 100 g ) de beurre congelé en cubes
1/2 cuillère à thé de sel
1 et 1/2 tasses + 2 cuillères à table ( 200 g ) de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte ( levure chimique )

Marmelade d'orange ( recette clic )
8 oranges sanguines pour les suprêmes

Caramel d'orange :
1 tasse ( 200 g ) de sucre
1 et 1/2 tasses + 2 cuillères à table ( 400 g ) de jus d'orange

Mousse :
1 tasse ( 250 ml ) de crème 35 % à fouetter
1 cuillère à table d'eau
1 cuillère à thé de gélatine en poudre
1 et 1/2 cuillères à table de marmelade d'orange


Pour la pâte sablée:
Mettre la farine, la poudre à pâte, le beurre et le sel dans un robot culinaire muni de la lame d'acier.

Dans un autre bol, fouetter les jaunes d'oeufs,l'extrait de vanille et le sucre jusqu'à ce que le mélange soit pâle. Verser le mélange d'oeufs dans le robot culinaire.

Pulser juste assez pour que la pâte forme une boule. Si vous trouvez que la pâte est encore un peu trop friable pour rassembler, ajouter quelques gouttes d'eau et pulser à nouveau pour former une boule de pâte homogène.
Façonner en un disque, couvrir d'une pellicule plastique et laisser reposer au réfrigérateur pendant 30 minutes.
Préchauffez votre four à 350 F ( 180 C ).

Abaisser la pâte sur une surface légèrement farinée jusqu'à obtenir un cercle de ¼ " ( 0,5 cm ) d'épaisseur.

À l'aide d'emporte-pièce, découper des cercles de pâte et déposez-les sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier parchemin (ou un tapis de silicone) .
Cuire au four pendant 20 minutes ou jusqu'à ce que les cercles de pâte sont tout juste dorés.


Suprêmes d'orange :
Couper les oranges à vif, en prenant bien soin d'enlever toute la partie blanche.
Avec un couteau bien aiguisé, couper les suprêmes entre les membranes des oranges, au dessus d'un plat, afin de s'assurer de bien récolter le jus.
Ajouter les segments dans le bol avec le jus.

Pour le caramel d'orange:
Mettre le sucre dans une casserole sur feu moyen et commencer à chauffer.

Une fois que le sucre commence à faire des bulles et mousse, ajouter lentement le jus d'orange. Dès que le mélange commence à bouillir, retirez du feu et verser la moitié du mélange sur les suprêmes d'orange.

Réserver de l'autre moitié du caramel dans un petit bol ( vous aurez besoin plus tard pour napper le dessert terminé).
Lorsque le dessert sera assemblé et réservé au congélateur, remettre le caramel d'orange sur le feu et laisser réduire 10 minutes, ou jusqu'à ce qu'il nappe la cuillère.


Mousse :
Dans une tasse, faire gonfler la gélatine dans l'eau froide. Réserver.
Fondre la gélatine 20 secondes et laisser tempérer.
Fouetter la crème 35 % en chantilly. Quand le fouet commence à laisser des traces, incorporer la gélatine et bien mélanger.
À la spatule, incorporer la marmelade d'orange et réserver au réfrigérateur.

Assemblage :
Tapisser une plaque à biscuits, d'un tapis de silicone et positionner vos cercles en inox.
Égoutter les suprêmes d'orange sur une serviette de cuisine.
Ranger les suprêmes d'orange au fond de chaque cercles.
Ajouter 2 cuillères de crème fouettée et égaliser avec le dos d'une cuillère.

Étaler une couche uniforme de marmelade d'orange sur chaque cercle de pâte.
Placer délicatement un cercle de pâte dans chaque cercle en inox ( la partie tartinée de marmelade sur la mousse).
Appuyer doucement sur le cercle de pâte pour s'assurer que le dessert est compact.

Placer les tians au congélateur pendant 10 minutes.

Utiliser un petit couteau pour démouler les tians, sur un plat de service.
Napper de caramel à l'orange et servir aussitôt.

25 mars 2010

CARRÉS AU YOGOURT ET AUX FRAMBOISES


Ce sont des carrés très gourmands et que l'on pourrait classer dans les "desserts santé ".
Faits à base de yogourt et de purée de fruits, ils ne sont pas très sucrés et sont très légers. La base est une croûte faite de flocons d'avoine et de farine aux 6 céréales. C'est super facile et rapide à réaliser et puis, cela donne un dessert des plus colorés.

Petite parenthèse de pub: j'ai accepté un partenariat avec Cuisinariat, le spécialiste du matériel professionnel. En échange, j'ai reçu un moule à cannelés et un beau grand tapis de silicone.



Pour 16 carrés:
Croûte :
1 tasse ( 90 g ) de flocons d'avoine à cuisson rapide
1/4 tasse ( 35 g ) de farine 6 céréales
1/4 tasse ( 45 g ) de cassonade
1/4 tasse ( 60 g ) de beurre fondu

Garniture au yogourt :
1 cuillère à table de gélatine en poudre, soit 9 g ou 4 et 1/2 feuilles
1/4 tasse ( 60 ml ) d'eau
1 et 1/4 tasses ( 310 ml ) de purée de framboises sans pépin ( voir note )
1/2 tasse ( 100 g ) de sucre
1 et 1/2 tasses ( 375 ml ) de yogourt nature

Gelée de framboises :
2 cuillères à thé de gélatine, soit 6 g ou 3 feuilles
2 cuillères à table d'eau
1 et 1/4 tasses ( 310 ml ) de purée de framboises sans pépin ( voir note )
1/4 tasse ( 50 g ) de sucre

Note :
Pour obtenir 3 tasses ( 750 ml ) de purée de framboises, il suffit de mesurer 7 tasses (1,75 litre) de framboises surgelées ( environ 900 g ), puis de les décongeler.
Réduire en purée au mélangeur et passer au tamis.


Croûte :
Placer la grille au centre du four. Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ).
Tapisser un plat en pyrex carré de 8 " ( 20 cm ) de papier parchemin en le laissant déborder des deux côtés.
Beurrer les côtés non tapissés.

Dans un bol, mélanger tous les ingrédients secs. Incorporer le beurre.
Presser dans le fond du plat.
Cuire au four environ 15 minutes. Laisser refroidir.

Garniture au yogourt :
Dans une bol, faire gonfler la gélatine dans l'eau et laisser reposer 5 minutes.

Dans une casserole, chauffer 1/4 tasse ( 60 ml ) de purée de framboises avec le sucre jusqu'à ce qu'il soit fondu.
Ajouter la gélatine et poursuivre la cuisson environ 1 minutes en remuant.
Incorporer le reste de purée de framboises et le yogourt à l'aide d'un fouet.
Verser la préparation sur la croûte et réfrigérer environ 3 heures.

Gelée aux framboises :
Dans un bol, faire gonfler la gélatine dans l'eau et laisser reposer 5 minutes.
Dans une casserole, chauffer 1/4 tasse ( 60 ml ) de purée de framboises avec le sucre jusqu'à ce qu'il soit fondu.
Ajouter la gélatine et poursuivre la cuisson environ 1 minutes en remuant.
Incorporer le reste de purée de framboises à l'aide d'un fouet.
Verser la préparation sur la garniture au yogourt.
Réfrigérer environ 3 heures.

Au moment de servir, couper en carrés.

(Déclinaison-Ricardo )
Imprimer la recette

24 mars 2010

GRATIN DE COCCETTINE ET DE FROMAGE, À L'HUILE DE TRUFFE ET AUX HERBES

Ce sont des petits gratins qui ne vous feront pas regretter votre macaroni habituel.
Ces pâtes sont très parfumées, très fromagées et ont beaucoup de goût. La recette donne une bonne quantité mais il serait étonnant qu'il en reste pour le lunch du lendemain.
J'ai augmenté la quantité d'huile de truffe préconisée dans le magazine Ingrédients.ca, pour qu'on sente véritablement le goût !

Pour 4 personnes :
1 lb ( 450 g ) de coccettine ( ou autres petites pâtes ), cuites
2 cuillères à table de beurre
6 tranches de bacon, hachées finement
1 oignon jaune, haché finement
1 poireau, émincé finement
2 et 1/2 cuillères à table de farine
3 cuillères à table de vin blanc
1 tasse ( 250 ml ) de lait
3/4 tasse ( 180 m ) de crème 35 %
1/4 lb ( 115 g ) de cheddar fort, râpé
4 oz ( 120 g ) de parmesan, râpé
1 cuillère à table d'huile de truffe
1/4 tasse ( 60 ml ) de persil haché
1 cuillère à table de basilic, haché
1 cuillère à thé de thym, haché
3 et 1/2 oz ( 100 g ) de chapelure
Poivre au goût


Dans une bonne quantité d'eau bouillante salée, cuire les coccettine al dente, selon les instructions du fabricant.

Dans une casserole, fondre le beurre et faire revenir le bacon quelques secondes.
Ajouter l'oignon et le poireau et poursuivre la cuisson jusqu'à ce que l'oignon soit translucide.

Ajouter la farine et fouetter pour bien incorporer.
Ajouter le vin blanc et mélanger 30 secondes, puis ajouter le lait et la crème.
Porter à ébullition et laisser mijoter 8 minutes, en raclant le fond de la casserole, afin que la sauce ne colle pas.
Ajouter le cheddar et 90 g ( 3 oz ) de parmesan. Remuer pour incorporer, goûter et rectifier l'assaisonnement au besoin, puis ajouter l'huile de truffe.

Incorporer les pâtes cuites à la sauce au fromage, puis verser dans un grand plat ou des plats individuels allant au four.

Dans un petit bol, combiner le reste du parmesan, le persil, le basilic, le thym et la chapelure.
Répartir le mélange sur les pâtes et placer sous le gril 1 à 2 minutes, jusqu'à ce que tout soit bien doré.
Servir avec une salade de roquette.
(Déclinaison-Ingrédients.ca )
Imprimer la recette

23 mars 2010

BRIOCHES DU CARÊME AUX AMANDES ET AU BEURRE NOISETTE

Le goût de ces brioches de Carême se situe à mi-chemin entre la brioche et le croissant aux amandes.
Cette succulente viennoiserie n’est pas trop sucrée pour le petit-déjeuner. Son goût de beurre noisette se marie délicieusement à celui des amandes. Je vous garantis que si vous les servez avec de la confiture d'abricots, vous allez vouloir que tous vos petits déjeuners soient comme celui-ci.

Pour 8 grosses brioches :
Pâte :
1 et 1⁄2 tasse ( 375 g )de beurre non salé
1⁄2 tasse ( 125 ml ) de lait, à la température ambiante
1 cuillère à table de levure sèche instantanée
2 cuillères à table de rhum brun
2 cuillères à thé d’extrait d’amande pure
6 gros oeufs, à la température ambiante
2 et 3⁄4 tasses ( 350 g ) de farine tout usage
1⁄2 tasse ( 75 g ) d’amandes broyées
3 cuillères à table de sucre
1 cuillère à thé de sel
1 jaune d'oeuf battu avec 2 cuillères à table d’eau pour badigeonner (dorure)

Glaçage
3⁄4 tasse ( 75 g ) de sucre à glacer, tamisé
1 cuillère à table d’eau


Pâte :
Faire fondre le beurre dans une petite casserole sur feu modéré jusqu’à ce qu’il ait pris une couleur noisette (environ 5 minutes).
Laisser le beurre revenir à la température ambiante.

Dans un mélangeur muni d’une pale, bien amalgamer le lait, la levure, le rhum et l’extrait d’amande.
Ajouter les oeufs et mélanger.
Pendant que le mélangeur tourne à basse vitesse, ajouter la farine, les amandes broyées, le sucre et le sel.
Mélanger à basse vitesse jusqu’à homogénéité et jusqu’à l’obtention d’une consistance élastique, mais encore collante.
Verser lentement le beurre refroidi et l’incorporer.
Transférer la pâte dans un bol, couvrir et réfrigérer jusqu’au lendemain.

Transférer la pâte sur une surface légèrement farinée et la couper en 8 morceaux.
Façonner chaque morceau en boule et les disposer dans un moule à gâteau de 9" ( 23 cm ) préalablement graissé.
Couvrir lâchement et laisser gonfler 1 heure.

Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ).
Badigeonner le dessus des brioches avec la dorure à l’oeuf.
Enfourner 45 minutes ou jusqu’à ce que le dessus soit d’une belle couleur dorée.
Laisser refroidir complètement dans le moule.

Glaçage :
Fouetter le sucre à glacer et l’eau jusqu’à homogénéité et tracer une croix sur chaque brioche à l’aide d’une poche à douille.
Les brioches sont meilleures le jour même, mais elles peuvent aussi être congelées.
(Déclinaison-Anna Olson )
Imprimer la recette

22 mars 2010

HAMBURGERS À LA DINDE AVEC RELISH À L'AVOCAT


Quand j'achète une dinde, ce n'est pas pour la manger rôtie et farcie, car je ne suis pas bien folle de ça, je trouve cela trop sec, malgré les séances d'arrosages réguliers. Je préfère me munir d'un super couteau et de la désosser pour en faire plusieurs mets.
Les deux grosses pattes ont été cuites de cette façon et ont servi de garniture à sandwichs.
Les abats, le cou, les ailes et la carcasse ont été utilisées pour un super bon bouillon maison et j'en ai profité pour refaire cette super crème de volaille.
La moitié des poitrines a été taillée en escalopes pour une recette à venir et avec le reste de viande, j'ai opté pour ces hamburgers qui ont du mordant.
Le piment jalapeño et la pointe de poivre de Cayenne ajoutent du punch au goût délicat de la dinde, alors que la relish à l’avocat a un effet apaisant.


Pour 4 hamburgers :
Relish
1 avocat mûr, mais encore ferme
1 et 1⁄2 cuillères à thé de jus de lime frais
1⁄4 cuillère à thé de sel
1 tomate italienne, épépinée et détaillée en dés fins
1 oignon vert émincé
2 à 3 cuillères à thé de piment jalapeño épépiné et haché menu
2 cuillères à table de coriandre fraîche, hachée

Hamburgers
1 lb ( 500 g ) de dinde hachée
1 oeuf battu
1 gousse d’ail hachée menu
1⁄4 cuillère à thé de sel
1⁄4 cuillère à thé de poivre de Cayenne
3⁄4 tasse( 180 ml ) de chapelure
2 oignons verts émincés
1 à 2 cuillères à table d’huile de tournesol
4 petits pains, italiens de préférence
4 feuilles de laitue


Relish:
Trancher l’avocat en deux dans sa longueur et retirer le noyau.
Détailler l’avocat en cubes de 1/4" ( 0,5 cm ) à l’aide d’un couteau et les transférer dans un bol.
Arroser de jus de lime et saupoudrer de sel.
Ajouter les tomates en dés, les oignons verts émincés, le piment jalapeño et la coriandre hachée.
Remuer délicatement de manière à ce que l’avocat garde un peu de sa forme. Mettre de côté ou couvrir d’une pellicule plastique posée directement sur la surface de l’avocat et réfrigérer tout au plus une demi-journée.

Hamburgers :
Mettre un morceau de papier ciré sur la surface de travail.
Mettre la dinde hachée dans un grand bol.
Mélanger l’oeuf avec l’ail, le sel et le poivre de Cayenne; verser ce mélange sur la dinde.
Ajouter ensuite la chapelure et les oignons verts.
Combiner les ingrédients en pétrissant délicatement avec les mains.
Diviser et former en 4 galettes de viande d’environ 1/2 " ( 1 cm ) d’épaisseur.
Les déposer au fur et à mesure sur le morceau de papier ciré.
Les faire cuire tout de suite ou les couvrir et les réfrigérer une demi-journée au maximum.

Chauffer 1 cuillère à table d’huile dans une grande poêle sur feu moyen.
Y mettre les galettes de viande et les faire rissoler 5 minutes de chaque côté ou jusqu’à ce qu’elles soient bien colorées et bien cuites (175 F/73 C sur un thermomètre à lecture instantanée).

Ouvrir les petits pains et garnir la moitié du bas de feuilles de laitue en déchirant celles-ci pour qu’elles tiennent à l’intérieur.
Compléter de la galette de viande et d’une bonne cuillerée de relish.
Servir avec des croustilles de pommes de terre ou de tortilla.

Déclinaison-Marilyn Bentz-Crowley
Imprimer la recette

19 mars 2010

PARFAITS AU FROMAGE COTTAGE, CARAMEL AUX BANANES ET NOIX DE COCO

Cette semaine, j'ai eu l'agréable surprise de recevoir le magazine de la compagnie Saputo. J'écris " surprise" car, je ne me rappelle pas m'y être abonnée ou m'y être inscrite. J'imagine que beaucoup de personnes savent que quand les compagnies veulent mettre en valeur leurs produits, ils nous sortent leurs meilleures recettes. Et c'est le cas, pour cette compagnie.
Le soir même de ma lecture, j'avais déjà coché la moitié de la revue, anticipant les recettes que j'allais essayer, dont celle-ci, prévue pour le lendemain matin.
Ma surprise, je dirais même mon étonnement, a été encore plus grand, quand j'ai appelé mon amie Vibi et que dans la conversation, je lui ai dit avoir reçu cette revue et qu'elle me réponde qu'elle l'avait reçue aussi...rien d'étonnant à cela, mais quand j'ai commencé ma phrase :" je suis en train de faire".....( pas le temps de la terminer ) et qu'elle me réponde..... "moi aussi, je suis en train de les faire...les parfaits au fromage cottage" ! Je ne sais pas comment on peut appeler cela ? de la complicité, du hasard ou le même biorythme ? mais nous avons trouvé cela bien drôle et c'est pourquoi aujourd'hui, nous avons décidé de publier la même recette gourmande.

Pour 4 personnes :
2 cuillères à table de beurre
1 tasse ( 180 g ) de cassonade
1/2 tasse ( 125 ml ) de crème 35 %
1/2 tasse ( 125 ml ) de jus d'orange
1 cuillère à thé d'extrait de vanille
4 bananes, en tranche de 1/2 " ( 1 cm )
4 cuillères à table de noix de coco râpée
2 tasses ( 500 g ) de fromage cottage


Griller la noix de coco, à sec, dans une poêle. Réserver.

Dans une casserole à fond épais, chauffer le beurre et la cassonade à feu moyen jusqu'à ce le mélange commence à bouillir. Cuire environ 3 minutes, en remuant avec une cuillère en bois, jusqu'à ce que le mélange soit caramélisé.
Retirer du feu et ajouter la crème 35 % très lentement, puis le jus d'orange et l'extrait de vanille.

Remettre le caramel sur le feu et cuire à feu moyen 7 minutes en remuant régulièrement, jusqu'à ce que le mélange ait diminué du tiers et ais épaissi.
Retirer du feu et incorporer les bananes en remuant.
Laisser refroidir à température ambiante ( à ce point, le caramel aux bananes peut être couvert et conservé au réfrigérateur pendant environ 3 jours. le réchauffer avant de l'utiliser).

Pour assembler le dessert, répartir presque toutes les tranches de bananes dans 4 verres de taille moyenne, en réservant quelques tranches et un peu de caramel pour la garniture.
Répartir le fromage cottage entre les verres, puis garnir du reste de tranches de bananes et de caramel.
Coiffer chaque portion de noix de coco grillée.

Ce dessert saura certainement gagner la faveur des personnes qui détestent le fromage cottage.
Ajouter quelques cuillerées de rhum, de brandy ou de liqueur d'orange pour en faire une version pour adultes.
Imprimer la recette

18 mars 2010

CROQUANT À L'ÉRABLE

Dans sa dernière revue, Ricardo a tout un dossier de recettes à l'érable, dont certaines que je n'avais pas encore essayées. Comme j'aime jouer du thermomètre à bonbons, mon choix s'est arrêté sur ce croquant à l'érable. À la différence du chef, qui utilisait un chocolat au lait, j'ai préféré le chocolat noir à 70 % de cacao.
Il conseillait aussi d'utiliser ( impérativement ??? ) du sirop d'érable clair mais comme j'attends que le prix du nouveau sirop baisse, j'ai pris celui que j'avais : du médium.
Ai-je besoin de préciser que ce croquant est absolument décadent ? Si vous aimez le barres Skor...ça y ressemble beaucoup au niveau de la texture, le petit goût d'érable en plus.

1 et 1/2 tasses ( 375 ml ) de sirop d'érable
1/2 tasse ( 120 g ) de beurre non salé
1 cuillère à thé d'extrait de vanille
1/4 cuillère à thé de sel
1/4 cuillère à thé de bicarbonate de soude
1/2 lb ( 225 g ) de chocolat noir 70 % de cacao, fondu et tempéré
1 tasse ( 150 g ) de pacanes grillées, hachées


Avant de commencer, tarer votre thermomètre à bonbons : Faire bouillir de l'eau et y plonger le thermomètre. S'il est bien "réglé " il devrait être à 212 F (100 C )....si ce n'est pas le cas, ajouter ou diminuer en fonction de température demandée.

Tapisser une plaque à biscuits d'un tapis de silicone.
Dans une grande casserole, porter à ébullition le sirop d'érable, le beurre, la vanille et le sel.
Cuire jusqu'à ce que le thermomètre à bonbons indique 295 F ( 146 C ).
Surveiller attentivement, car aux alentours de 260 F ( 130 C ), la température monte vite.

Cette étape doit se faire rapidement :
Retirer la casserole du feu et incorporer immédiatement le bicarbonate en brassant avec un fouet.
Verser rapidement sur le tapis de silicone préparé.
À l'aide d'une spatule, étaler le caramel à l'érable finement jusqu'à l'obtention d'un carré d'environ 12 " ( 30 cm ). Laisser refroidir complètement.

Badigeonner la surface du caramel avec la moitié du chocolat et saupoudrer de la moitié des pacanes hachées.
Réfrigérer 15 minutes ou jusqu'à ce que le chocolat soit ferme.
Retourner le croquant à l'érable. Badigeonner de nouveau avec le reste de chocolat et saupoudrer de nouveau de pacanes hachées. Réfrigérer le croquant environ 15 minutes.

Casser en morceaux et conserver dans un contenant hermétique à température ambiante environ 2 semaines.
Imprimer la recette

17 mars 2010

MUFFINS AUX BANANES, AVOINE ET BEURRE D'ARACHIDES

Comme d'habitude, il me restait deux bananes sur le bord de passer l'arme à gauche, dans le panier à fruits. Et comme d'habitude, c'est toujours la galère pour trouver dans quoi les passer !
Pourquoi pas des muffins pour une fois ? au lieu du sempiternel pain aux bananes ?
Ceux-ci sont parfaits pour un petit déjeuner complet : des bananes, du gruau et du beurre d'arachides. Ils sont hyper moelleux, tous dorés et plein de goût ....de quoi, commencer la journée du bon pied.

Pour 12 muffins :
1 et 1/2 tasses ( 190 g ) de farine tout usage
1 tasse ( 90 g ) de gruau à cuisson rapide
1 cuillère à thé de poudre à pâte ( levure chimique )
1/2 cuillère à thé de bicarbonate de soude
1/2 cuillère à thé de sel
2 cuillères à table d'huile végétale
3/4 tasse ( 135 g ) de cassonade
2 gros œufs
1 tasse ( 250 ml ) de purée de bananes (environ 2 de taille moyenne.)
6 cuillères à table de beurre d'arachide de préférence crémeux
1 tasse ( 250 ml ) de babeurre


Préchauffer le four à 375 F ( 190 C ).
Garnir de caissettes en papier un moule à muffins de 12 empreintes.

Dans un grand bol, mélanger la farine, le gruau, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude et le sel.

Dans un bol moyen, fouetter ensemble l'huile végétale, la cassonade, les œufs, la banane écrasée, le beurre d'arachide et le babeurre jusqu'à la texture soit très lisse.
Verser la préparation dans le mélange de farine et remuer juste assez pour que tous les ingrédients secs soit bien amalgamés
Versez la pâte dans un moule à muffins préparés, en remplissant presque totalement la caissette.
Cuire au four pendant 16 à 20 minutes, jusqu'à ce qu'un cure-dent inséré au centre en ressorte propre
Retirer les muffins du moule et les laisser refroidir sur une grille.

(Déclinaison- Baking Bites )
Imprimer la recette

16 mars 2010

CREVETTES AU CARAMEL

Le plus long à faire dans cette recette, est de décortiquer les crevettes. Tout le reste se fait en 2 temps, 3 mouvements pour un résultat vraiment délicieux, surtout, si vous aimez le sucré-salé.
J'ai utilisé des grosses crevettes tigrées, mais la recette pourra être adaptée avec des crevettes plus petites. Dans ce cas, il faudra ajuster le temps de cuisson pour que les crevettes ne soient pas trop élastiques par trop de cuisson.

Pour 2 à 3 personnes :
450 g de grosses crevettes tigrées décortiquées crues
2 cuillères à table d'huile d'olive
4 cuillères à table de sucre
3 cuillères à table de Cognac (ou whisky )
3 cuillères à table de sauce soja
1 cuillère à table de graines de sésame


Chauffer l'huile dans une sauteuse puis y faire revenir les crevettes.
Ajouter le sucre, mélanger et laisser caraméliser un peu.

Verser le Cognac et la sauce soja.
Laisser mijoter 5 minutes environ sur feu moyen.
S'assurer que les crevettes soient bien enrobées de caramel. Parsemer les graines de sésame .

Servir sans attendre, accompagné de riz basmati.

(Source Déclinaison-
Christelle Milesi pour l'internaute )

Imprimer la recette

15 mars 2010

CRÈMES AU CITRON DE CONTICINI

Je me suis fait un superbe cadeau : Je me suis commandée via ma librairie préférée le livre de Philippe Conticini, Sensations. J'étais toute énervée quand la libraire m'a dit qu'il n'y aurait aucun souci pour le faire venir, je l'étais un peu moins quand elle m'a annoncé le prix que ça allait me coûter. L'hésitation a duré juste 2 secondes. Je savais, en plus, après avoir lu tant de bonnes critiques, notamment chez Edda, que ce livre serait fantastique. Les recettes sont celles d'un grand pâtissier, expliquées dans des termes simples et accessibles à tous.
J'ai commencé mes essais par les crèmes au citron. Ceux qui me connaissent auraient dit, que c'était évident que je commence par cette recette.
Ce sont des crèmes toutes douces, onctueuses et acidulées, très légères au niveau de la texture. Conticini écrit dans son livre " On en mangerait sans fin"..., je rajoute " sans faim...c'est tellement bon !


Pour 8 à 10 personnes :

1 cuillère à thé de gélatine en poudre, ou 1 et 1/4 feuilles ou 2,5 g
1 cuillère à table d'eau

Le jus de citron sucré :
200 ml de jus de citron ( environ 4 citrons )
Les zestes fins de 3 citrons
2/3 tasse ( 135 g ) de sucre

La base de crème :
2/3 tasse ( 135 g ) de sucre
6 oeufs
2/3 tasse ( 170 g ) de beurre froid


Faire gonfler la gélatine dans l'eau. Réserver.

Le jus de citron sucré :
Dans une casserole, faites chauffer, à feu moyen, le jus de citron avec les zestes de citron et le sucre sans jamais faire bouillir.

Préparation de la crème au citron :
Dans un saladier, fouetter les oeufs entiers avec le sucre, jusqu'à ce que le mélange blanchisse.
Ajouter le jus de citron sucré encore chaud. Mélanger, puis verser dans une casserole.

Porter la crème à ébullition pendant 2 à 3 minutes sans jamais cesser de remuer à l'aide d'un fouet.
Quand la crème est assez épaisse, incorporer hors du feu, la gélatine qui aura été fondue au préalable, 20 secondes au micro-ondes, puis le beurre froid coupé en morceaux.

Fouetter énergiquement, puis mixer à l'aide d'un mixeur plongeant, afin d'obtenir une texture encore plus fine et particulièrement onctueuse.
Verser la crème dans des petits ramequins, couvrir de film alimentaire et réfrigérer au moins 1 heure.
Imprimer la recette

12 mars 2010

MOUSSE AU CHOCOLAT NOIR AUX ÉCLATS DE FÈVES DE CACAO


C'est une recette inspirée de mon magazine de cuisine préféré, mais voulant diviser la recette originale en deux, j'ai omis de diviser les blancs d'oeufs. Je me suis retrouvée avec une mousse au chocolat hyper mousseuse et légère....tout ce que je recherche dans une mousse au chocolat. La particularité de cette mousse est qu'elle ne contient pas de jaune d'oeuf, qui ont le défaut, je pense, d'alourdir les mousses.
J'ai utilisé un chocolat noir aux éclats de fèves de cacao, celui que je trempe dans mon café, pour apporter un petit croustillant/craquant aux mousses.

Pour 6 personnes :

250 g (1/4 lb ) de chocolat noir aux éclats de fèves de cacao, en morceaux
3/4 tasse ( 180 ml ) de lait
1 gousse de vanille
1 badiane ( anis étoilé )
3/4 tasse ( 180 ml ) de crème 35 %
4 blancs d'oeufs
3 cuillères à table de sucre
Noisettes grillées et grossièrement hachées pour la finition


Casser le chocolat en morceaux dans un petit saladier, puis faire chauffer le lait avec la gousse de vanille fendue et grattée et la badiane.
Verser le lait bouillant sur le chocolat, en prenant soin d'enlever la gousse de vanille et la badiane. Réserver 10 minutes.
Entre-temps, bien fouetter la crème 35 % en chantilly bien ferme. La réserver au réfrigérateur.
Fouetter les blancs d'oeufs, en neige ferme, en les serrant avec le sucre.
Fouetter au fouet à main, le mélange de chocolat jusqu'à ce qu'il atteigne une température de 95 F ( 35 C ).
Y plier la crème fouettée, puis les blancs en neige.
Séparer la préparation dans 6 verres ou coupes, puis saupoudrer de noisettes hachées.
Réfrigérer au minimum 2 heures avant de déguster.
Imprimer la recette

11 mars 2010

CASTAGNOLES À LA RICOTTA


C'est une recette que j'ai prise chez Croce e Delizia. C'est le nom, qui au premier abord, m'a beaucoup plu, il me faisait penser aux mots de Marcel Pagnol.
Les castagnoles sont théoriquement, des beignets italiens préparés exclusivement pour le carnaval. Le carnaval est passé et il aurait été dommage d'attendre une année de plus, pour y goûter.
Les beignets sont croustillants dehors et tendres dedans avec une bonne saveur d'agrumes.
À essayer absolument, même si vous n'êtes pas très friture.

3 et 2/3 tasses (450 g) de farine à gâteau
1/2 tasse ( 60 g ) de fécule de pommes de terre
1 cuillère à table de poudre à pâte (levure chimique)
Le zeste d'un citron
Le Zeste d'une orange
1/4 tasse (60 g ) de beurre mou
1/2 tasse (100 g ) de sucre
11 oz ( 300 g) de ricotta
2 oeufs
50 ml de limoncello
50 ml de lait


Dans un grand saladier, tamiser la farine, la poudre à pâte et la fécule de pommes de terre.
Creuser un puits, puis ajouter le reste des ingrédients, en terminant par le lait, qu'il faudra incorporer juste assez pour que la pâte soit malléable.

Pétrir jusqu'à ce que la pâte soit ferme et lisse, comme celle de gnocchis.
Mais ne pas pétrir très longtemps sinon elle devient molle et collante.


Prélever un peu de pâte, et façonner des petites boules de pâte de la grosseur d'une noix.
Déposez-les sur un tapis de silicone en attente.
Chauffer l'huile d'une friteuse ou dans une grande sauteuse à 350 F ( 180 C ).
Frire les boules de pâte, un peu à la fois, jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées.
Enlevez-les à l'aide d'un écumoire, et déposez-les sur du papier absorbant.
Saupoudrer généreusement de sucre à glacer et déguster.
Imprimer la recette

10 mars 2010

LE PARFAIT POULET RÔTI

Cette recette toute simple de poulet rôti vient de Judy Rodgers, chef et co-propriétaire du Zuni Café, à San-Francisco. Elle l'avait présentée lors du passage de Josée Distasio à San-Francisco.
La particularité de la recette est qu'elle ne contient que 2 ingrédients : un poulet et du sel ! Pour un résultat qui me fait dire à chaque fois que j'en fais " bye, bye monsieur St-H. "
On prépare le poulet 24 à 48 heures à l'avance et ensuite, on le cuit rapidement, à haute température. Au Zuni Café, les poulets sont cuits dans des fours à pain.
Les poulets sont très croustillants et bien dorés, la chair est juteuse et fondante. Je l'accompagne d'une salade aux croutons et au parmesan ( dans le style César ).

La recette :
1 petit poulet d'environ 1,2 à 1,4 kg (2 1/2 à 3 lb)
3/4 cuillère à thé de sel par livre de poulet


Le salage du poulet :
Nettoyer le poulet, retirer les tissus graisseux à l'intérieur du poulet et bien assécher avec un papier absorbant.
Saler le poulet de 24 à 48 heures avant la cuisson en prenant soin de saler davantage sur les parties plus épaisses. Couvrir légèrement et réserver au réfrigérateur.

La cuisson du poulet :
Préchauffer le four à 475 F ( 246 C ).
Déposer le poulet la poitrine vers le haut dans une lèchefrite préalablement huilée.
Enfourner le poulet pour 30 minutes de cuisson, retourner le poulet et poursuivre la cuisson pendant 20 minutes. Retourner à nouveau le poulet et poursuivre 10 minutes.

La durée de cuisson totale devrait être d'environ 1 heure, selon la grosseur du poulet.
S'assurer que lorsque l'on pique le poulet à la fourchette, le jus qui s'en écoule ne soit plus rosé et que le poulet soit cuit. Retirer du four et laisser reposer 10 minutes.
Imprimer la recette

09 mars 2010

RIZ CRÉMEUX AU LAIT DE COCO ET À LA LIME

La dernière fois que j'ai fait du riz au lait, je pensais que c'était le meilleur que j'avais fait ! Ce qui est faux puisque je les aime presque à tous les parfums, du moment qu'ils soient bien crémeux.
Pour celui-ci, j'ai cuit le riz avec de la crème de coco. En général, ces boites sont vendues juste à côté du lait de coco. Vous pouvez utiliser la crème de coco comme une crème 35 %, et même en faire une chantilly.
À ceci, j'ai rajouté un peu de fromage à la crème pour encore plus d'onctuosité. C'est certes, assez riche, mais c'est bien parfumé, bien crémeux et c'est trop, trop bon !

3/4 tasse ( 150 g ) de riz arborio ou vialone
1 boite ( 400 ml ) de crème de lait de coco
600 ml de lait
1/2 tasse ( 100 g ) de sucre
100 g de fromage à la crème à température ambiante
Le zeste d'une lime
Le jus de 2 limes


Mettre le riz dans une casserole et recouvrir d'eau. Porter à ébullition.
Retirer du feu quand toute l'eau aura été absorbée.
Verser le riz dans un tamis et le rincer à l'eau froide. Bien égoutter.

Remettre le riz dans la casserole et ajouter la crème de coco et le lait.
Porter à ébullition en brassant régulièrement, puis mettre au ralenti et laisser mijoter pendant 20 à 25 minutes, jusqu'à ce que les grains de riz soient tendres.
Bien brasser régulièrement afin que ça n'attache pas au fond de la casserole.

Mélanger au fouet, le fromage à la crème, le sucre, le zeste et le jus de lime.
Ajouter la préparation au riz au lait, hors du feu et bien mélanger.
Séparer la préparation dans 6 ramequins et décorer d'un quartier de lime.
Réfrigérer et servir bien froid.
Imprimer la recette

08 mars 2010

MADELEINES AU SIROP D'ÉRABLE ET AUX CANNEBERGES

Quand je fais des madeleines, je suis sûre de ne pas me tromper en voulant faire plaisir à ma grenouille, et en ajoutant du sirop d'érable, j'étais certaine que ce serait la fête.
Si vous voulez une saveur bien prononcée de sirop d'érable, je vous conseille fortement d'utiliser du sirop foncé.
L'ajout des canneberges n'est pas obligatoire mais vivement conseillée. Cela apporte un bon goût fruité à ces madeleines.

Pour environ 30 madeleines :
3/4 tasse ( 180 g ) de beurre à température ambiante
3/4 tasse ( 150 g ) de sucre
1/3 tasse ( 80 ml ) de sirop d'érable
4 oeufs
3 cuillères à table de lait
2 tasses ( 250 g ) de farine
2 et 1/2 cuillères à thé de poudre à pâte ( levure chimique )
1/2 tasse ( 80 g ) de canneberges séchées


Dans un le bol du mélangeur, mettre le beurre et le sucre, et battre jusqu'à ce que le mélange soit crémeux et léger.
Tout en continuant de battre, ajouter le sirop d'érable, puis les oeufs et le lait.
Baisser la vitesse du batteur et ajouter la farine et la poudre à pâte qui auront, au préalable, été tamisées.
Ajouter les canneberges séchées et mélanger.
Couvrir le bol de pâte et réfrigérer au moins 1 heure.

Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ).
Si vous utiliser des moules en madeleines en métal, beurrez et farinez-les bien. Si vous utilisez des moules en silicone, cette étape ne sera pas nécessaire.

Remplir les moules à madeleines de pâte au 2/3 de leur capacité, puis cuire pendant 15 minutes.
Sortir le moule du four et attendre 5 minutes avant de démouler sur une grille.
Conserver les madeleines dans une boite en fer blanc.
Imprimer la recette

05 mars 2010

GÂTEAU AUX POIRES AUX PARFUMS DE CANNELLE ET DE NOISETTES


Ce gâteau aux poires est un excellent " gâteau de grand-mère". Celui qui nous réconforte avec son parfum et ses saveurs.
La recette originale demandait de l'huile de noisette et de l'alcool de poires que je n'avais pas.
J'ai donc adapté avec de l'huile neutre et de l'alcool de noisettes.
Ce gâteau ne contient pas de beurre mais est assez riche en oeufs. Il est très moelleux et fondant grâce à l'ajout de poires dans la pâte, qui n'était pas prévu dans la recette originale.

Pour 8 personnes :
4 poires
2 cuillères à table de beurre
2 cuillères à table de sucre
5 oeufs
1 et 1/2 tasses ( 150 g ) de sucre
2 et 1/2 tasses ( 310 g ) de farine
2 et 1/2 cuillères à thé de poudre à pâte ( levure chimique )
1 pincée de sel
150 ml d'huile de tournesol
1/4 tasse ( 60 ml ) de Frangelico ( liqueur de noisettes )
1 cuillère à thé de cannelle moulue


Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ).
Beurrer un moule rond de 9 " ( 23 cm ) de diamètre et saupoudrez-le de sucre. Réserver.
Peler et parer les poires.
Couper 2 poires en lamelles, couper les deux autres en cubes et réserver.
Faire dorer légèrement les lamelles de poires dans une poêle avec le beurre et les deux cuillères à table de sucre.
Rangez-les au fond du moule réservé.


Au batteur électrique, blanchir les oeufs avec le sucre jusqu'à ce que le mélange soit léger et mousseux.
Tout en fouettant, ajouter l'huile et le Frangelico, puis incorporer la farine qui aura été, au préalable, tamisée avec le sel, la poudre à pâte et la cannelle.
Bien mélanger.
Incorporer les cubes de poires et mélanger à la spatule.

Verser la pâte sur les poires, enfourner pour 45 à 50 minutes ou jusqu'à ce qu'un cure-dent, inséré au centre, en ressorte propre.
Démouler en renversant le moule dans un plat de service.
(Déclinaison-Cuisine Actuelle )
Imprimer la recette

04 mars 2010

BRIOCHES DU CARÊME AU JAMBON, AUX OIGNONS VERTS ET AU FROMAGE SUISSE


Qui a dit qu’une brioche du Carême doit forcément être sucrée ?
Cuites dans un moule à muffins, ces brioches salées accompagneront à merveille un jambon de Pâques (ou des restes de jambon).
Depuis quelques temps, je boulange principalement avec de la levure fraîche de boulanger. Je l'achète à la boulangerie Première Moisson. Je suis tellement contente des résultats que je pense avoir beaucoup de difficultés à faire un retour en arrière et d'utiliser de la levure sèche.
Tout est plus gonflé, tout est plus goûteux et tout est plus parfumé.
Pour ces brioches salées, c'est cette levure que j'ai utilisée, et j'ai été assez surprise qu'elles collent toutes ensemble à la cuisson, tellement elles avaient gonflé.
La recette donne 12 brioches et elles font de très bons lunchs. Elles garderont tout leur moelleux et leur souplesse pendant 4 jours, si vous les rangez dans une boite en plastique hermétique.
Vous pouvez aussi les congeler en les emballant individuellement et en les rangeant dans un sac à congélation. Pour les servir, il suffira juste de les décongeler et de les repasser quelques minutes au four pour les réchauffer.

Pour 12 grosses brioches :
3/4 tasse ( 180 ml ) de lait 2 % tiédi
3/4 tasse ( 180 ml ) d’eau tiédi
1 pincée de stigmates de safran
33 g de levure fraîche ou 1 sachet de levure sèche instantanée (11 g/2 et 1⁄4 cuillères à thé)
2 gros oeufs à la température ambiante
4 tasses ( 500 g ) de farine
1/2 tasse ( 125 ml ) d’huile végétale
3 cuillères à table de sucre
1 et 1/2 cuillères à thé de sel
1 et 1/2 tasse ( 375 ml ) de jambon détaillé en dés de 1 cm (1⁄2")
1 tasse ( 250 ml ) d’oignons verts hachés
1 tasse ( 250 ml ) de fromage suisse râpé grossièrement, et quelques tranches en plus pour les motifs en croix
1 oeuf mélangé avec 2 cuillères à table d’eau pour badigeonner (dorure)


Dans un mélangeur muni d’un crochet pétrisseur, combiner le lait, l’eau, le safran et la levure.
Laisser reposer 5 minutes, puis mélanger pour bien dissoudre la levure fraîche.
Ajouter ensuite les oeufs, la farine, l’huile, le sucre et le sel, et remuer environ 5 minutes à faible vitesse (la pâte sera collante).
Incorporer le jambon, les oignons verts et le fromage suisse râpé.
Transférer la pâte dans un bol enduit d’un peu d’huile, couvrir et réfrigérer une nuit entière.

Mettre la pâte sur une surface légèrement farinée et la couper en 12 morceaux égaux.
Façonner chaque morceau en boule et les poser dans un moule à 12 muffins graissé.
Couvrir lâchement et laisser gonfler 1 heure.


Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ).

Badigeonner le dessus des brioches de la dorure à l’oeuf et poser de minces tranches de fromage suisse en croix sur chaque brioche.
Enfourner pour 25 à 30 minutes, le temps que le dessus des brioches soit bien doré.
Laisser refroidir 15 minutes dans le moule, puis démouler pour laisser les brioches refroidir complètement.
(Déclinaison-Anna Olson )
Imprimer la recette

03 mars 2010

ESCALE TROPICALE

Quand j'ai fait les tartelettes "Extravagance intense à la noix de coco", je n'avais besoin que la moitié d'une boite de lait de coco. Comme je suis toujours en manque d'idée pour passer le reste, j'ai doublé la recette de crème en vue de réaliser ces verrines.
La crème à la noix de coco est ici, associée à une mousse à la mangue très légère et pas trop sucrée.
C'est un dessert très frais qui passe bien après un gros repas .

Crème à la noix de coco :
200 ml de lait de coco
1/3 tasse ( 30 g ) de noix de coco, non sucrée, râpée
1 jaune d'oeuf
1 cuillère à table de fécule de maïs
2 cuillères à table de sucre de canne
1/4 tasse ( 60 g ) de beurre non salé

Mousse à la mangue
250 g de mangues bien mûres ( 1 à 2 selon la grosseur )
1 cuillère à thé de gélatine en poudre ou 3,5 g
1 cuillère à table d'eau froide
1/3 tasse ( 80 ml ) de crème 35 %
2 cuillères à table de mascarpone
1 cuillère à table de sucre de canne

Croustillant au coco :
3 cuillères à table de noix de coco, non sucrée, râpée
3 cuillères à table de sucre de canne
1 cuillère à table d'eau


Crème à la noix de coco :
Dans une casserole, chauffer le lait de coco et le coco râpé sans amener le tout à ébullition.
Dans un bol, mélanger au fouet le jaune d'oeuf, la fécule de maïs et le sucre.
Incorporer la préparation chaude de coco au mélange précédent.
Remettre le tout dans la casserole et cuire à feu moyen environ 2 minutes.
Ajouter le beurre et émulsionner avec un mixeur plongeur.
Laisser refroidir 30 minutes au réfrigérateur, puis verser sur les croûtes à tartelettes réservées.
Laisser figer au réfrigérateur, idéalement 24 heures.

Mousse à la mangue
Au robot culinaire, réduire la mangue en purée, puis filtrer celle-ci dans une passoire pour la rendre plus lisse.
Faire gonfler la gélatine dans l'eau pendant 5 minutes.
Dans une casserole, chauffer la purée de mangue sans la faire bouillir, y incorporer la gélatine qui aura été, au préalable, fondue 20 secondes au micro-ondes. Bien mélanger.
Laisser refroidir au réfrigérateur pendant 1 heure jusqu'à ce que le mélange soit froid mais non figé.
Au batteur électrique, monter la crème, le mascarpone et le sucre jusqu'à ce que le tout soit ferme.
Avec une spatule, incorporer la purée de mangue à cette préparation fouettée.

Croustillant de coco :

Préchauffer le four à 350 F ( 180 C ) et y faire griller le coco environ 10 minutes.
Dans une poêle antiadhésive, faire dorer le sucre et l,eau à feu moyen, puis ajouter le coco grillé et mélanger avec une cuillère de bois de 3 à 4 minutes.
Étendre le mélange sur une plaque ou une feuille de papier parchemin et laisser refroidir à température ambiante.

Montage :
Dans 4 verrines, répartir la crème à la noix de coco, faire de même avec la mousse à la mangue et saupoudrer de croustillant de coco.
Réserver au réfrigérateur au moins 2 heures avant de servir.

(Déclinaison-Tartes-Josée Fiset-Dominique Boué )
Imprimer la recette