30 janvier 2012

PANCAKES AU YOGOURT ET À L'OROBLANCO


J'ai découvert chez Métro, l'oroblanco plus connu sous le nom de "Sweetie". C'est un croisement entre le plamplemoussier et le pomelo. Le fruit est un peu plus petit qu'un pamplemousse moyen. Sa peau, plus épaisse (1/2 po) que celle du pamplemousse ou du pomélo, est d’un vert éclatant et passe au jaune doré au fur et à mesure que progresse la saison.
Sa chair est jaune pâle, juteuse, douce et sucrée. Il existe depuis longtemps mais je ne le connaissais pas du tout.
Aussi, quand Isabelle a publié ses pancakes au yogourt et à l'orange, j'ai pensé tout de suite à adapter la recette avec de l'oroblanco et c'est vraiment excellent.
La recette des pancakes est extra. Ils sont légers, fondants, je les ai même trouvés plus digestes que la plupart des recettes que je fais.

Pour 12 pancakes :
2 et 1/2 tasses (375 g) de farine
2 cuillères thé (10 ml) de poudre à pâte (levure chimique)
1 cuillère à thé (5 ml) de bicarbonate de soude
2 cuillères à table (25 g) de sucre
1 tasse (250 ml) de lait
1 tasse (250 ml) de jus d'oroblanco
1/2 tasse (100 g) de yogourt à la vanille
2 oeufs
Le zeste d'un oroblanco


Dans un bol, combiner la farine, la poudre à pâte, le bicarbonate de soude et le sucre.
Ajouter le lait, le jus et le zeste d'oroblanco, le yogourt et les oeufs.
Bien mélanger au fouet jusqu'à l'obtention d'une texture lisse.
Cuire les pancakes dans une poêle légèrement beurrée.
Imprimer la recette

27 janvier 2012

DARING BAKERS : SCONES


 Le défi Daring Bakers de Janvier 2012 nous est proposé pas Audax de Audax Artifex. Il nous demande de fabriquer des scones.

Audax Artifex was our January 2012 Daring Bakers’ host. Aud worked tirelessly to master light and fluffy scones (a/k/a biscuits) to help us create delicious and perfect batches in our own kitchens!
Il y a quelques temps, monsieur Gourmandises et moi, regardions Masterchef Australia, c'était un épisode de sélection et les candidats devaient réaliser des scones.
En regardant les résultats pour certains, très décevants, monsieur Gourmandises m'a demandé si c'était vraiment très compliqué à faire des scones. Je lui ai répondu que c'était aussi facile à faire qu'à louper.
Le secret est dans le fait de travailler la pâte juste assez : ni trop, ni trop peu.

Quand je me suis lancée dans le défi, j'ai cherché plein d'idées de parfums et de garnitures pour en fait choisir une recette qu'on pourrait appeler "minimaliste", tant les ingrédients sont simples mais avec un résultat qui a fait que tout le monde s'est jeté sur les scones à la sortie du four.
Ils sont dans le style "biscuits" puisqu'ils ne sont pas sucrés, et la texture est croquante dehors et fondante dedans. Nous les avons dégustés encore très chauds avec de la confiture.
Quand monsieur Gourmandises a vu et goûté le résultat, il m'a dit que j'aurai certainement été sélectionnée à Masterchef Australia :)



2 tasses (300 g) de farine
1 cuillère à thé (5 ml) de sel
1 cuillère à table (15 ml) de poudre à pâte (levure chimique)
3/4 tasse (180 ml) de crème 35 %
1/2 tasse (125 ml) de yogourt
Un peu de beurre fondu pour dorer


Préchauffer le four à 400 F (200 C) et chemiser de papier parchemin une plaque à biscuits.

Dans un saladier combiner la farine, le sel et la poudre à pâte.
Creuser un puits au centre, et verser la crème et le yogourt.
Mélanger doucement à la spatule, jusqu'à ce que les ingrédients secs secs soient juste humides.

Avec les mains, presser 5 fois la pâte contre la parois du saladier pour la compacter puis former une boule.
Sur un plan de travail légèrement fariné, abaisser la pâte au rouleau sur une épaisseur de1/2 po (1 cm).
Découper les scones avec un emporte-pièce rond de 2 po (5 cm), puis déposez-les sur la plaque à pâtisserie préparée.
Badigeonner les scones de beurre fondu à l'aide d'un pinceau.

Cuire au four de 15 à 20 minutes ou jusqu'à ce que le dessus  soit légèrement doré mais l'intérieur encore tendre.
Laisser refroidir quelques minutes avant de déguster avec du beurre et (ou) de la confiture.
Imprimer la recette

26 janvier 2012

GRATINS DE CREVETTES À LA FLORENTINE


Je me suis levée un matin, j'ai ouvert le congélateur et j'ai sorti des épinards et des crevettes, sans avoir la moindre idée de ce que j'allais en faire.
Je n'étais pas très tentée de les marier avec des pâtes, nous en avions mangées la veille. L'idée des gratins s'est donc imposée bien vite, et je dois dire que tout le monde s'est bien régalé.
C'est simple à préparer et c'est très goûteux. Mes plats à gratins étant assez grand pour l'appétit d'un petit garçon de 6 ans 1/2, il y avait un reste qu'il a demandé à avoir dans sa boite à lunch du lendemain.

Pour 3 gratins
1 lb (500 g) d'épinards congelés
24 crevettes congelées, décongelées et décortiquées
2 œufs
2 cuillères à table (30 ml) de crème 35 %
1 cuillère à table (15 ml) de moutarde à l'ancienne ou moutarde de Meaux
1 cuillère à table (15 ml) de persil haché
Sel et poivre au moulin
Pecorino râpé pour saupoudrer


Préchauffer le four à 300 F (150 C).
Cuire les épinards, encore congelés, 5 minutes, dans un grand chaudron d'eau bouillante salée.
Bien les égoutter puis les répartir au fond des plats à gratin beurrés.

Déposer 8 crevettes dans chaque plat à gratin et réserver.

Battre les œufs, la crème et la moutarde jusqu'à consistance homogène, ajouter le persil  et assaisonner au goût. Bien mélanger de nouveau.
Partager la préparation aux oeufs dans les plats à gratins et saupoudrer au goût de pecorino râpé
Enfourner pour 25 à 30 minutes puis servir bien chaud.
Imprimer la recette

25 janvier 2012

PETITS FOURS AUX AMANDES


J'ai reçu des Éditions du Chêne le livre Petits Gâteaux de Frédéric Anton et Christelle Brua. C'est un très beau livre au niveau visuel : Il y a une madeleine en relief sur la couverture enfarinée et les pages sont toutes lamées argent.
Le contenu est tout aussi impressionnant avec des photos superbes et des recettes vraiment sympas, surtout si comme moi, vous aimez les petits gâteaux et autres biscuits. Ce sont des recettes classiques européennes, dont quelques unes que je ne connaissais pas.
J'ai voulu essayer cette recette de petits fours aux amandes car l'aspect physique me rappelait les biscuits qu'on trouvait (et que l'on doit trouver encore) dans les grandes boites de biscuits cubiques, avec tout un assortiment de biscuits.
Ceux-ci sont différents au niveau de la texture mais surtout du goût. Ils sont faits de peu d'ingrédients.
Pour la pulpe d'abricots, j'ai tout simplement dégelé quelques abricots du congélateur et les ai mixés au robot culinaire.
Assurez-vous aussi de prendre une pâte d'amande bien souple. Je prends la mienne chez Mayrand, c'est vendu en gros rouleau d'un kilo.
C'est petits fours sont vraiment délicieux, ils sont très fondants et si vous aimez l'association des amandes et de l'abricot, vous serez vraiment enthousiastes d'y goûter.


Pour environ 3 douzaines de petits fours
500 g de pâte d'amande
1 blanc d'oeuf (soit 30 g)
100 g de pulpe d'abricots (abricots mixés au robot culinaire)
150 g de sirop de maïs ou glucose
Quelques cerises confites pour la finition


Dans le bol du batteur sur socle, mélanger la pâte d'amande et le blanc d'oeuf.
Dans une casserole, faire chauffer la pulpe d'abricot et le sirop de maïs jusqu'à ce que le thermomètre affiche 45 C (113 F).
Verser sur le mélange de pâte d'amande, puis mélanger.

Préchauffer le four à 150 C (300 F).
Mettre la préparation dans une poche à pâtisserie munie d'un embout cannelé.
Sur une plaque à pâtisserie, chemisée de papier parchemin, dresser des petites rosaces.
Déposer sur le dessus une demi-cerise confite.
Enfourner pour 15 à 20 minutes ou jusqu'à ce que les petits fours soient légèrement dorés.
Attendre 5 minutes avant de les enlever de la plaque à pâtisserie, puis les mettre sur une grille jusqu'à complet refroidissement.
Imprimer la recette

24 janvier 2012

MUFFINS AUX FRAISES ET À LA RICOTTA


La semaine dernière, je me suis aperçue que j'avais 1 kg de ricotta dans le réfrigérateur. Ce n'était pas un achat compulsif, mais plutôt, un frigo si encombré, que je n'ai jamais vu que j'avais déjà un pot de 500 g quand le second est venu prendre place.
J'ai tout de suite su que je trouverai mon bonheur chez Kim car je pense que c'est la plus grande consommatrice de ricotta que je connaisse.
J'ai réalisé ses muffins aux fraises et à la ricotta, recette que je n'ai pas beaucoup modifiée, et que j'ai adorée. Et malgré le fait que j'ai utilisé des fraises congelées, ils sont vraiment très parfumés.
Les muffins sont énormes et j'ai même cru qu'ils allaient déborder du moule. La prochaine fois, je pense que je tenterai d en faire 4 de plus.
Je les ai saupoudrés de sucre turbinado, avant cuisson, pour avoir un petit croustillant après cuisson.


Ingrédients secs
2 et 2/3 tasses (400 g) de farine non blanchie
4 cuillère à thé (20 ml) de poudre à pâte (levure chimique)
3/4 tasse (150 g) de sucre
1/4 cuillère à thé (1,2 ml) de sel

300 g de fraises surgelées, coupées en petits morceaux

Ingrédients liquides
2 et 1/4 tasses (300 g) de ricotta
1/3 tasse (80 ml) d'huile de tournesol
100 ml de lait
2 oeufs

Sucre turbinado pour saupoudrer


Préchauffer le four à 375 F (190 C). Chemiser de caissettes en papier, un moule à muffins de 12 empreintes (On peut en ajouter 4 de plus).

Dans un grand bol, mélanger tous les ingrédients secs ensemble.
Ajouter les morceaux de fraises, et bien mélanger pour bien les enrober. Cela évitera que les morceaux tombent au fond des muffins.
Dans un autre bol, mélanger la ricotta, l'huile, le lait et les oeufs.

Verser les ingrédients liquides et dans les ingrédients secs et mélanger le tout sans trop travailler la pâte.

Verser la pâte dans les moules à muffins  et saupoudrer le dessus de sucre turbinado.
Enfourner pour 20 à 22 minutes, ou jusqu'à ce que les muffins soient fermes, moelleux et bien dorés et qu'un cure-dents inséré au centre en ressorte propre.
Imprimer la recette

23 janvier 2012

OEUFS POCHÉS POUR LES NULS SUR BAGEL GRILLÉ ET SAUCE HOLLANDAISE


Grâce à Vibi, qui en avait parlé sur son blogue, j'ai découvert un ustensile de cuisine absolument génial, qui m'évite de me prendre la tête avec les oeufs pochés : La poêle pour pocher les oeufs, 4 à la fois, qui plus est, auront la même cuisson.
Celle que j'ai, n'est pas de cette marque et je ne l'ai pas payée le prix indiqué. À peine 20 $ pour une poêle sans nom, ce n'est pas moi qui vais me plaindre.
Cela pourrait vous surprendre, mais il est plus facile pour moi de faire une sauce hollandaise que des oeufs pochés. J'ai essayé plusieurs techniques et ça m'énerve !

C'est plus santé de manger des oeufs pochés mais c'est quand même 1500 calories si vous l'accompagnez de sauce hollandaise. Pour vous rassurer et vous déculpabiliser, je peux vous garantir que quand vous aurez déjeuné avec ce genre de repas, le soir, vous n'aurez envie que d'une soupe au poulet ou d'un gruau.

Par personne :
1 bagel, coupé en deux
2 oeufs
2 tranches de jambon

Sauce hollandaise :
2 cuillères à table de vinaigre de vin blanc
1/4 tasse (60 ml) d’eau
1/2 cuillère à thé de sel
3 gros jaunes d’œufs
3/4 tasse ( 180 g ) de beurre non salé, ramolli et coupé en dés
2 cuillères à table de jus de citron
Poivre blanc au goût


Enlever les alvéoles du pochoir et mettre de l'eau dans la poêle. Porter à ébullition.
Graisser légèrement les alvéoles et casser les oeufs dedans.
Baisser le feu sous la poêle, puis placer les alvéoles dans leurs empreintes et mettre le couvercle sur la poêle.
Compter environ 2 minutes de cuisson pour avoir des oeufs bien coulant.
Pendant ce temps, faire griller les bagels.
Déposer une tranche de jambon sur chaque moitié de bagel.
Démouler les oeufs pochés dessus puis napper de sauce hollandaise et garnir de persil haché (facultatif).
Servir aussitôt.

Sauce hollandaise :
Dans une petite casserole sur feu mi-vif, réduire le vinaigre, l’eau et le sel, jusqu’à ce qu’il ne reste qu’environ 3 cuillères à table de liquide. Retirer du feu.
Ramener à feu mi-doux. Mettre les jaunes d’œufs dans la casserole contenant la réduction de vinaigre, et battre au fouet sans arrêt jusqu’à ce que la préparation soit mousseuse et ait légèrement épaissi. Surtout ne pas faire d’œufs brouillés !
 Si les œufs commencent à cuire trop vite, les retirer vite du feu et les battre vigoureusement pour les rafraîchir un peu avant de continuer.
À l’aide d’un fouet, commencer à incorporer le beurre un morceau à la fois à la fois.
Lorsqu’il ne reste plus de beurre, incorporer au fouet le jus de citron et le poivre blanc.
Utiliser tout de suite.
Imprimer la recette

20 janvier 2012

CRÈME CUITE AUX OEUFS


Dans son livre Kitchen, Nigella appelle ce dessert des crèmes cuites aux oeufs, dans ma famille, nous appelions cela, des oeufs au lait.
Ce dessert revenait souvent sur la table, car à l'époque, nous avions la chance de pouvoir se procurer du lait directement à la ferme. L'avantage est que c'était du lait qui goûtait...le lait ...mais qui pouvait goûter l'ensilage selon les saisons et ça c'était moins bon.
Le désavantage qui n'en était pas vraiment un, c'est qu'il fallait l'utiliser rapidement ou le faire bouillir pour éviter qu'il ne tourne.
Ai-je besoin de vous raconter que tout ce qu'on faisait avec ce lait avait un tout autre goût ? Les bols de chocolat chaud, le riz au lait auquel nous n'avions pas besoin de rajouter de la crème et les crèmes dessert.
Quand j'ai lu la recette et en ai déduit que c'était la même recette réconfort de mon enfance, je n'ai pu m'empêcher de la refaire, même si le lait que j'ai utilisé ne goûte pas vraiment le lait d'autrefois.

Beurre pour les plats
2 et 1/4 tasses (560 ml) de lait
4 oeufs
1/4 tasse (60 ml) de sucre
2 cuillères à thé (10 ml) d'extrait pur de vanille
Noix de muscade fraîchement râpée

1 plat à gratin rond de 17 cm de diamètre et 6 cm de profondeur ou 6 ramequins


Préchauffer le four à 285 F (140 C) et beurrer les ramequins.
Faire chauffer le lait sans le laisser bouillir.
Dans un saladier, fouetter les oeufs, le sucre et la vanille.
Puis toujours en fouettant, verser le lait chaud.

Placer les ramequins beurré dans une lèchefrite pour faire un bain-marie.
Filtrer la crème au travers d'une passoire au dessus des ramequins pour les remplir, puis râper la noix de muscade par dessus.

Verser de l'eau tout juste bouillante dans la lèchefrite, jusqu'à mi-hauteur des ramequins.
Enfourner pour 1 h 30. La crème doit être juste prise.
Sortir la lèchefrite du four et laisser refroidir un peu avant de déguster.
Imprimer la recette

19 janvier 2012

BAGELS À LA MODE DE MONTRÉAL


Cela faisait longtemps que je voulais essayer la recette de Judith Fertig, parue dans son livre Pain mais plusieurs choses ont fait que j'ai dû patienter.
Je n'ai jamais pu trouver du sirop de malt. J'ai fait plusieurs magasins d'aliments naturels et beaucoup de connaissaient même pas. Ensuite, j'ai prêté mon livre...longtemps.
Quand je l'ai récupéré, je me suis donc remise à la recherche de ce fameux sirop. Un vendeur m'a conseillé le sirop de riz brun, car ce serait ce qui s'en rapprochait le plus. Je l'ai cru sur parole car je ne sais pas du tout ce que goûte le sirop de malt.
J'ai fait comme Judith Fertig pour la pâte mais pour le façonnage, j'ai plutôt opté pour une méthode plus simple.
Je ne façonne pas de boudins de pâte que je rejoins, je fais plutôt des boules de pâte que je creuse avec mes pouces, pour ensuite les élargir...Ça ressemble à des roues d'auto.
Ces bagels ne ressemblent pas vraiment à ceux qu'on achète chez St-Viateur, mais ils sont vraiment bons et j'ai pu les conserver un plus longtemps que ceux de St-Viateur que je trouve bons quand ils sortent du four, mais dès qu'ils sont refroidis, ils ne sont plus mangeables.

Pour 16 bagels
6 et 1/2 tasses (975 g) de farine non blanchie
2 cuillères à table + 1/2 cuillère à thé (32,5 ml) de levure à action rapide
1 et 1/2 cuillères à table (22,5 ml) de sel
2 oeufs battus
1/2 tasse (125 ml) de sirop de riz brun (ou sirop de malt)
1/4 tasse (60 ml) d'huile végétale
Suffisamment d'eau pour faire 4 tasses (1 litre)

Pochage :
1 grand chaudron d'eau
1/2 tasse (125 ml) de sirop de riz brun

Graines de sésame pour saupoudrer


Dans un grand saladier, mélanger la farine, la levure et le sel. Réserver.
Dans une tasse de 4 tasses (1 litre), mélanger les oeufs, le sirop de riz brun et l'huile végétale.
Ajouter suffisamment d'eau chaude pour faire 4 tasses (1 litre) et remuer à l'aide du fouet pour bien mélanger.
Verser les ingrédients liquides sur la farine et remuer jusqu'à ce qu'elle soit humide.
Passer la main sur les parois du saladier et rabattre la pâte vers le centre 40 fois.
La pâte sera collante.
Couvrir le saladier de film alimentaire et laisser lever la pâte à température ambiante ( 72 F /22 C ), à l'abri des courants d'air pendant 2 heures, jusqu'à ce qu'elle atteigne presque le pourtour du saladier et qu'elle ait la texture d'une éponge.

Au bout de 2 heures, soit vous façonnez vos bagels pour les cuire, ou vous réservez votre pâte au réfrigérateur jusqu'à 3 jours.


Façonnage :
Poser la pâte sur une surface farinée et saupoudrez-la d'un peu de farine.
Partager la pâte en 16 portions égales.
Façonner des boules de pâtes, puis percer le centre avec vos deux pouces.
Étirer et agrandir le trou central en roulant entre vos mains.

Déposer vos bagels sur des plaques à biscuits chemisées de papier parchemin, en leur laissant un espace de 2 po (5 cm) entre eux.
Couvrir de linges humides et laisser lever, à température ambiante pendant 1 h 30.

Pochage et cuisson :
Préchauffer le four à 450 F (230 C) et déposer sur la grille du bas, une lèche-frite remplie d'eau.
Chauffer l'eau avec le sirop de riz brun.
À l'aide d'une cuillère à trous, déposer les bagels dans l'eau et les faire pocher 20 secondes de chaque côté.
Égouttez-les et les remettre sur les plaques de cuisson préparées, toujours à la même distance.
Saupoudrer généreusement les bagels de graines de sésame.

Enfourner les bagels pour 17 à 20 minutes ou jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés.
Les sortir du four et laisser refroidir sur une grille.

18 janvier 2012

POIREAUX EN SAUCE BLANCHE


La semaine dernière, je vous ai dit tout le bien que je pensais du livre de Nigella Lawson : Kitchen, paru aux éditions Hachette. Il fallait que je mette en pratique mes propos même si j'étais absolument certaine que toutes les recettes que Nigella proposait, étaient bonnes.
Contrairement à mes habitudes, je n'ai pas commencé mes tests par un dessert ( j'ai attendu le lendemain), mais par un plat d'accompagnement, qui allait me replonger en enfance...Un plat que ma grand-mère faisait et que j'adorais : Des poireaux en sauce blanche.
Le principe est le même que la recette de ma grand-mère mais la recette est différente. Ma grand-mère ne mettait pas de Vermouth dans l'eau de cuisson, ni même de moutarde en poudre ( je ne suis pas sure qu'elle sache que ça existe, parce que c'est très anglais).
Nigella sert cet accompagnement avec des jambonneaux au cidre, recette que j'essaierai très prochainement. J'ai servi ce plat avec du rôti de boeuf.
Ai-je besoin de vous raconter la tête de monsieur Gourmandises, qui est plutôt habitué à ses pommes de terre en accompagnement ?
Il n'a pas boudé et a beaucoup apprécié !

Pour 6 personnes
4 poireaux nettoyés, coupés en tronçons de 3 cm
1/4 tasse (60 ml) de Vermouth
Eau pour recouvrir les poireaux
2 cuillères à thé (10 ml) de fleur de sel

1/3 tasse (75 g) de beurre
1/2 tasse (75 g) de farine
1/4 cuillère à thé (1,2 ml) moutarde en poudre
1 tasse (250 ml) de lait
2 tasses (500 ml) d'eau de cuisson des poireaux
Une grosse cuillère à soupe de crème fraîche épaisse
Poivre au goût

Mettre les tronçons de poireaux dans une casserole, ajouter le Vermouth puis suffisamment d'eau pour les recouvrir à la hauteur.
Ajouter la fleur de sel, porter à ébullition et laisser bouillonner 10 minutes à découvert.

Pendant ce temps, faire fondre le beurre dans une casserole à fond épais en fouettant, tout en incorporant la farine et la moutarde.
Cuire pendant quelques minutes, sans cesser de fouetter, pour obtenir une pâte jaune bouillonnante.

Égoutter les poireaux au dessus d'un verre doseur et garder le liquide.
Incorporer petit à petit le lait dans le roux, et continuer de fouetter jusqu'à ce que la sauce ait l'air de se détacher des bords de la casserole.
Incorporer l'eau de cuisson des poireaux en fouettant, puis changer pour une cuillère en bois et laisser mijoter la sauce à feu doux, en mélangeant patiemment.

Goûter afin de pouvoir rectifier l'assaisonnement de la sauce, puis ajouter les poireaux.
Ajouter la crème fraîche et mélanger.
Servir aussitôt.

Imprimer la recette

17 janvier 2012

SOUPE REPAS DE POISSON AU CARI


Accompagnée de l'équipe de  Vivre Délicieusement, et en quête de recettes santé pour nos enfants, je vous propose aujourd'hui, une soupe repas au poisson et parfumée au cari.
Elle contient beaucoup de légumes et elle est très consistante.
Je l'ai préparée en très grande quantité pour que je puisse en mettre dans un thermos, pour le lunch à l'école.
Avec le froid polaire du moment, il me semble important que mon petit homme puisse manger un lunch chaud le midi.
Ian aime les épices, c'est pour cela que je n'ai pas hésité à mettre du cari, mais si vos enfants n'aiment pas, omettez-le.

Pour 8 à 10 portions :
1/4 tasse (60 g) de beurre
2 gros poireaux, émincés
3 carottes, pelées et coupées en brunoise
1 gros oignon, émincé
1 cuillère à table (15 ml) de poudre de cari
2 tomates, pelées, épépinées et coupées en morceaux
8 tasses (2 litres) de bouillon de poisson
3 pommes de terre, pelées et coupées en cubes
2 lb (1 kg) de filets de tilapia, coupés en gros cubes
1 tasse (250 ml) de crème fraîche épaisse (Liberté)
Sel et poivre au goût
Persil haché pour la finition


Dans un grand chaudron, fondre le beurre et faire revenir les poireaux, les carottes et l'oignon à feu doux pendant 5 minutes ou jusqu'à ce que les légumes soient tendres.
Ajouter la poudre de cari et cuire pendant 2 minutes.
Ajouter les morceaux de tomates et cuire pendant 5 minutes.
Incorporer le bouillon et les pommes de terre et porter à ébullition.
Baisser le feu et laisser mijoter pendant 20 minutes.

Ajouter les morceaux de poisson et poursuivre la cuisson 10 minutes encore.
Incorporer la crème et réchauffer de nouveau sans faire bouillir.
Goûter et assaisonner de sel et poivre au goût .
Saupoudrer de persil et servir.
Imprimer la recette

16 janvier 2012

HOUMOUS À L'AVOCAT


Avec l'équipe de Vivre Délicieusement, nous avons décidé de prendre des résolutions réalisables, en publiant des recettes santé, avec plus de légumes et plus de fibres.
En fait, prendre ce genre de résolution, n'est pas du tout un défi pour moi, puisque je le fais tout le temps, le défi étant plutôt de faire manger ce genre de repas aux enfants.

Mon petit bonhomme, par exemple, n'est pas capable de manger de l'avocat, comme cela, nature, mais incorporé dans de l'houmous, il a beaucoup apprécié.

Fibre One Chill Challenge
Personne veut être à l'extérieur quand il fait froid, quand il vente en plein mois de février (sauf si vous êtes habillé de la tête aux pieds, sur un traîneau et que vous avez sept ans !). Cela dit, rester actif est aussi important durant les mois d'hiver. Nous sommes donc heureuses de partager des nouvelles sur le défi Fibre One Chill Challenge.   

Présenté par nos amis Coin des coureurs, le défi Fibre One Chill Challenge est l'occasion de devenir actif en marchant ou courant pendant 20 minutes, le mercredi 29 février.
De plus, comme bonus, les 10 000 premières personnes à s'inscrire obtiendront une tuque gratuite !  Cliquez ici pour plus d'informations. Même si le lien est en anglais, je voulais tout de même partager l’information avec vous.

J'en ai profité pour incorporer à cette recette d'houmous, une huile d'olive que j'ai reçue de la compagnie Santolivo.
Cette huile est d'une grande qualité au niveau de la fabrication mais aussi au niveau gustative. C'est pour cela que je ne l'ai pas utilisée pour la cuisson, je voulais vraiment profiter de arôme en l'incorporant crue dans une recette.

Si cela vous intéresse, vous trouverez même des recettes sur le site de la compagnie.


La recette :
1 boite de pois chiches
1 à 2 pincées de cumin moulu
2 avocats
1 gousse d'ail
Le jus d'un citron
1 cuillère à table de tahiné
1/4 tasse (60 ml) d'huile d'olive
Sel au goût



Égoutter et rincer les pois chiches, puis les mettre dans le robot culinaire avec le cumin, les avocats pelés et dénoyautés, la gousse d'ail, le jus de citron et le tahiné.
Mixer tout en ajoutant l'huile d'olive en filet jusqu'à l'obtention d'une texture fine.
Saler selon votre goût.
Servir avec des petits pains pita, ou des bâtonnets de carottes, des branches de céleri ou tout autre légume de votre choix.

13 janvier 2012

CUPCAKES CHAÏ, GLAÇAGE MASCARPONE AU SUCRE À LA CRÈME


Pour une fois, j'ai réussi à faire des cupcakes où tout le monde était d'accord pour dire qu'il ne fallait pas en perdre une miette. Chez nous, tout le monde aime les épices... et le mascarpone... et le sucre à la crème.
J'en connais qui ne mangent que le glaçage et d'autres qui ne mangent que le gâteau, surtout si le glaçage est trop sucré (moi en l'occurrence).
Et cette fois-ci, tout était parfait : Les petits gâteaux étaient bien épicés et moelleux et le glaçage était crémeux, pas trop sucré même si on pourrait penser le contraire avec le sucre à la crème.
Et comme tout le monde était d'accord, les cupcakes ont disparu assez vite.

Pour 12 cupcakes :
1 tasse (150 g) de farine
1/2 cuillère à thé (2,5 ml) de poudre à pâte (levure chimique)
1/4 cuillère à thé (1,2 ml) de bicarbonade de sodium
1/4 cuillère à thé (1,2 ml) de cardamome moulue
1/4 cuillère à thé (1,2 ml) de tout épices moulu
1 pincée de sel
1 sachet de thé chaï, ce qui équivaut à 1 cuillère à table (15 ml)
3/4 tasse (150 g) de cassonade
1/4 tasse (60 g) de beurre
2 blancs d'oeufs
1/2 cuillère à thé (2,5 ml) d'extrait pur de vanille
2/3 tasse (160 ml) de babeurre

Glaçage mascarpone au sucre à la crème
1 tasse (250 ml) de crème 35 %
1/2 tasse (100 g) de cassonade
1/4 tasse (60 ml) de sirop de maïs (ou glucose)
1 cuillère à table (15 g) de beurre
1 pincée de sel
250 g de mascarpone

Sucre coloré pour la finition


Pour les cupcakes :
Préchauffer le four à 350 F (180 C).
Préparer une plaque à muffins de 12 empreintes, en la chemisant de caissettes en papier. Réserver.

Dans un petit saladier, combiner la farine, la poudre à pâte, le bicarbonate, les épices, le sel et le thé.
Dans le bol du batteur sur socle, crémer la cassonade et le beurre.
Ajouter les blancs d'oeufs et battre encore quelques minutes.

Ajouter le babeurre en alternant avec les ingrédients secs et bien mélanger.
Partager la préparation dans les caissettes préparées, puis enfourner pour 20 à 25 minutes ou jusqu'à ce que les petits gâteaux soient légèrement dorés.
Laisser reposer 5 minutes dans le moule à la sortie du four, avant de transférer sur une grille jusqu'à complet refroidissement.


Glaçage mascarpone au sucre à la crème :
Dans une casserole, combiner la crème 35 %, la cassonade, le sirop de maïs, le beurre et le sel.
Porter à ébullition, puis baisser le feu et laisser mijoter 15 minutes à découvert.
Laisser complètement refroidir.

Au batteur électrique, fouetter le mascarpone tout en ajoutant la sauce sucre à la crème refroidie.
Mélanger jusqu'à ce que le mélange soit bien homogène.

Mettre la préparation au réfrigérateur pour la rendre plus ferme.
Mettre le glaçage dans une poche à pâtisserie munie d'un embout cannelé et glacer les petits gâteau.
Saupoudrer de sucre coloré et déguster.

11 janvier 2012

TORTELLINI MAISON AUX CREVETTES ET AU CITRON


Nathalie a commencé l'année en beauté en publiant une super recette de tortellini maison. Comme cela faisait super longtemps que je n'avais fait de pâtes maison, ce fût l'occasion de ressortir le laminoir et de faire des pâtes avec Ian qui adore utiliser cet ustensile.
J'ai utilisé ma recette de pâtes aux oeufs mais pour la garniture et la sauce, je n'ai pratiquement rien changé.
J'ai attendu d'avoir fait une bonne trentaine de tortellini avant d'aller voir la vidéo pour le pliage, je trouvais que mes affaires fonctionnaient mal.
Quelques fois, je veux aller trop vite et le résultat est que je perds du temps à essayer de trouver la bonne technique alors que Nathalie la donnait toute cuite dans le bec.
Même si certains tortellini ne sont pas très beaux, je peux vous assurer qu'on s'est follement régalé. La recette est franchement extra et puis quand on a passé 2 heures à la préparer, je pense qu'on apprécie encore plus.

Pâtes aux oeufs :
1 et 1/2 tasses (230 g) de semoule de blé dur (farine 00)
1 oeuf
6 jaunes d'oeuf
1 cuillère à table (15 ml) de lait
1 et 1/2 cuillères à table (22,5 ml) d'huile d'olive

Farce :
350 g de crevettes non cuites déveinées et décortiquées
3 échalotes françaises, hachées finement
2 cuillères à table (30 ml) de persil frais, haché
1 oeuf séparé jaune et blanc
1/2 tasse (125 ml) de chapelure
1 cuillère à thé (5 ml) de zeste de citron
1/4 cuillère à thé  (1,2 ml) de sel
1/4 cuillère à thé (1,2 ml) de poivre
3 cuillères à table (45 ml) de crème 35%

Sauce au citron
1 et 1/4 tasses (310 ml) de crème 35%
3 cuillères à table (45 ml) de jus de citron frais
6 cuillères à table (75 g) de beurre
1 tasse (100 g) de parmesan frais râpé
1 cuillère à thé (5 ml) de zeste de citron
Sel et poivre au goût
Une pincée de muscade


Pâtes aux oeufs :
Faire une fontaine avec la semoule.
Mettre l'oeuf et les jaunes d'oeufs dans le centre et mélanger.
Ajouter le lait et l'huile d'olive
Lorsque la couleur jaune prononcé du mélange pâlit, vous avez une bonne indication que votre pétrissage est réussi.
Votre pâte est souple, élastique, mais toujours humide.
Bien l'emballer dans une pellicule plastique et laisser reposer au froid pendant au moins deux heures.

À l'aide d'un laminoir, abaisser la pâte au plus mince.
Découper avec un emporte-pièce de 2 po (5 cm) des cercles dans la pâte.
Ensuite, garnir chaque cercle de pâte d'un peu de farce aux crevettes.
Badigeonner le tour de blanc d'oeuf battu avec un peu d'eau froide.
Replier le cercle en deux et bien sceller. Replier le bedon garni de farce jusqu'à hauteur du haut du cercle et refermer les pointes.
Comme Nath, je vous conseille ce lien sur Youtube pour le modelage.
Cuire les pâtes à l'eau bouillante bien salée de 3 à 5 minutes ou jusqu'à ce qu'elles flottent sur l'eau.

Farce
Au robot, hacher grossièrement les crevettes, ajouter le reste des ingrédients sauf le blanc d'oeuf et pulser pour bien amalgamer sans en faire une pâte. On doit avoir encore des morceaux de crevettes. Réserver.

Sauce au citron
Dans une casserole à fond épais, verser 1 tasse (250 ml) de crème et le jus de citron en brassant bien sur feu moyen
Ajouter le beurre et bien mélanger jusqu'à ce qu'il soit fondu.
Porter à faible ébullition de 4 à 5 minutes.
Réduire le feu à très doux et ajouter les tortellinis cuits. Mélanger délicatement et ajouter le reste des ingrédients.
Cuire encore 2 à 3 minutes pour bien réchauffer.

Imprimer la recette

09 janvier 2012

LIVRE COUP DE COEUR : KITCHEN DE NIGELLA LAWSON


Ce matin, pas de recette, car je voulais plutôt vous partager mon enthousiasme à propos d'un livre.
J'ai reçu des éditions Hachette, le dernier livre de Nigella Lawson : Kitchen, et je dois avouer que j'ai succombé, c'est un gros coup de coeur.
Il faut que j'avoue que je suis une vraie fan de Nigella, j'ai même quelques fois oublié son nom de famille. Quand j'en parle à la maison ou à mes amies, je prononce  juste son prénom.
C'est la personne qu'on aimerait avoir comme amie et nos conjoints aimeraient aussi beaucoup que ce soit notre amie (Je connais au moins 3 gars dans ce cas).
Je n'ai pas encore essayé de recettes mais cela ne devrait plus tarder. Disons que la semaine qui s'en vient va être à la mode Nigella.
Le livre contient 190 recettes plus alléchantes les unes que les autres et 650 photos. Si vous êtes très visuels, vous devriez vraiment apprécier.

Son livre est en deux parties : Dilemmes en cuisine et réconforts en cuisine. Ses recettes sont très abordables à tous niveaux : facilité, dextérité et budgétaire. Il y a des recettes pour les soirs de semaine, les fins de semaine et des repas de fêtes. Il serait vraiment étonnant que vous ne trouviez rien à votre goût.
Il y a même un index express : Les recettes qui prennent 30 minutes ou moins, du premier geste à l'assiette.

Toutes les recettes de Nigella sont illustrées par plusieurs photos mais pas que cela. Chaque recette est introduite par un petit, mais quelques fois, long texte de Nigella, qui explique, raconte de façon anecdotique, nous met dans le contexte. C'est comme une discussion entre vous et elle et c'est génial, cela se lit comme un roman.
Comme le livre contient 487 pages, je peux vous dire que vous en aurez pour un bon moment de lecture.

Le livre est en vente dans toutes les bonnes librairies, il est vendu 59,95 $, ce que je ne trouve pas cher pour la qualité de l'ouvrage.

06 janvier 2012

SAUCISSES DE LIÈVRE EN CIVET


Notre ami David est chasseur et il m'a fait la surprise de m'apporter 4 lièvres pris au collet, lors de notre party de fin d'année.
Ayant fait de la terrine, il n'y a pas si longtemps, je me suis dit qu'en saucisses, ce ne serait pas une mauvaise idée, que c'était le même principe qu'un pâté ou une terrine, un plus long à préparer mais pas plus compliqué.
J'ai compté presque 4 heures de préparation : Déshabiller les lièvres, les vider, les désosser, puis hacher les viandes et le reste des ingrédients....Le plus long, étant la mise en boyau.
Une fois tout terminé, je pense que j'ai eu une idée de génie (ça m'arrive), puisque le lièvre se mange le plus souvent en civet, pourquoi ne pas cuire les saucisses de la même manière ?
C'est ce que j'ai fait et c'était absolument génial comme plat : Il n'y a pas les os et le goût fort du lièvre est atténué par le mélange avec la viande de porc. C'est très goûteux et très aromatique !

Pour la viande de porc mi-maigre, j'ai demandé à mon boucher ce que je devais mettre pour avoir un bon équilibre maigre-gras avec le lièvre.
Il m'a préparé un gros paquet de viande destiné au porc haché mi-maigre, avec sur l'étiquette marqué " porc-mi-maigre"...donc, je ne sais pas vraiment quels étaient les morceaux...Il vous faudra donc poser la même question à votre boucher !

Saucisses de lièvre (donne environ 45 saucisses):
2 kg de viande de lièvre
2 kg de viande de porc mi-maigre
2 oignons, pelés et émincés
1 tête d'ail, gousses pelées, dégermées et hachées
1 bouquet de persil, juste les têtes, pas les queues
1/4 tasse (60 ml) d'origan frais, haché
1/4 tasse (60 ml) de thym frais, haché
1 tasse (250 ml) de vin blanc
45 g de sel (Je compte 11 g de sel pour 1 kg de préparation)
11 g de poivre
1 boyau de porc


Couper les viandes en morceaux et les passer dans le hache-viande, muni de la grosse grille, en alternant avec les oignons, l'ail et les herbes fraîches.
Ajouter le vin blanc, le sel et le poivre et bien mélanger avec les mains.
Mettre la préparation en boyau.


Civet de saucisses de lièvre
Pour 4 personnes :
8 saucisses de lièvre
2 cuillères à table (30 g) de beurre
1 cuillère à table d'huile (15 ml)
2 oignons
200 g de bacon fumé, coupé en morceaux
3 carottes, pelées et coupées en brunoise
2 cuillères à table (20 g) de farine
1/4 tasse (60 ml) de Cognac
3 tasses (750 ml) de vin rouge
1 lb (500 g) de champignons, nettoyés et coupés en 4
Un bouquet garni fait de persil, marjolaine, origan, thym et laurier frais

Dans une cocotte, fondre le beurre et l'huile et faire dorer les saucisses de tous côtés.
Enlevez-les de la cocotte et réservez-les dans une assiette.
Dans la même cocotte, faire revenir les oignons, le bacon et les carottes, jusqu'à ce qu'ils soient légèrement dorés.
Saupoudrer de farine, et laisser cuire en brassant 2 minutes.
Mouiller avec le Cognac et mélanger.
Ajouter le vin rouge, les champignons et le bouquet garni, puis remettre les saucisses dans la cocotte.
Porter à ébullition, puis mettre au ralenti et couvrir d'un couvercle.
Laisser mijoter 1 heure.
Servir avec des pâtes ou des pommes de terre vapeur.

05 janvier 2012

BISCUITS PETITS-BEURRE


600 g de beurre plus tard, j'ai finalement réussi à faire des petits-beurre dignes de ce nom, mais c'est aussi la preuve que je suis têtue comme une bique ! Je tenais absolument à en mettre dans certains paniers gourmands (ceux qui ne devaient contenir aucune noix), c'est pourquoi, j'ai persévéré.
J'ai acheté à ma librairie L'atelier petits-beurre, paru chez Larousse. J'adore tous ces petits gadgets de cuisine, surtout quand ils permettent de faire de superbes biscuits.
J'ai commencé par réaliser la recette de base du livre : Il fallait faire chauffer l'eau avec le sucre, le beurre et le sel, puis incorporer la farine et de la levure. Le résultat fût que la pâte était super élastique, que j'ai eu toute la misère du monde à l'abaisser et qu'à la cuisson les biscuits ont gonflé, étaient difformes et que l'inscription ne se voyait pas. C'étaient des biscuits que je ne pouvais vraiment pas offrir !
Je recommence, je me dis que je n'ai peut être pas assez attendu que le mélange liquide soit tempéré et au final, le résultat fût identique au premier. Je me retrouve avec une centaine de biscuits, très bons mais pas présentables. Je les ai donc congelés, ils serviront pour des fonds de gâteaux au fromage.

Je ne peux pas accuser la recette car Margaret les a super bien réussis, je me suis dit que ça venait de la farine car elle est différente que celle vendue en Europe, mais peut être aussi à cause du beurre, qui lui aussi, est différent.
J'ai donc gardé la quantité des ingrédients, en omettant la levure, puisque je ne voulais pas que mes biscuits gonflent et j'ai opté pour une autre méthode de préparation. Et cela a finalement fonctionné.
J'ai ainsi pu montrer à Ian à confectionner les goûters que je me préparais quand j'étais petite et que je rentrais de l'école : Du Nutella entre deux petits-beurre ! Ça m'a permis aussi, de retomber en enfance !


Pour 4 douzaines environ, de petits beurres :
3 et 1/3 tasses (500 g) de farine
1 cuillère à thé (5 ml) de sel
1 tasse (200 g) de sucre
3/4 tasse + 1 cuillère à table (200 g) de beurre
1/2 tasse (125 ml) d'eau
1 cuillère à thé (5 ml) d'extrait de vanille


Dans le robot culinaire, muni de la lame, mettre la farine, le sel et le sucre et pulser pour mélanger.
Ajouter le beurre et pulser jusqu'à ce que le beurre soit bien incorporer.
Ajouter l'eau et l'extrait de vanille et pulser jusqu'à ce que la pâte forme une boule.

Envelopper la pâte dans du film alimentaire et réfrigérer la pâte 1 heure.

Sur un plan de travail fariné, abaisser la pâte sur une épaisseur de 1/8 po (3 mm).
À l'aide de l'emporte-pièce, découper les biscuits et les placer sur des plaques à pâtisserie, chemisées de papier parchemin.
Pour être certain que les biscuits ne bougent pas à la cuisson, les mettre au congélateur 10 minutes.

Préchauffer le four à 350 F (180 C).
Enfourner les biscuits sur la grille centrale du four et cuire 12 à 15 minutes, ou jusqu'à ce que les biscuits soient bien dorés sur les bords et si possible, plus blancs au centre.
Transférer sur une grille jusqu'à complet refroidissement.
Imprimer la recette

03 janvier 2012

ROULÉ À LA TOMATE, SAUMON FUMÉ ET FROMAGE À LA CRÈME


Je tiens à renouveler mes voeux de nouvelle année à tous, je vous souhaite beaucoup de bonheur, de concrétiser, ce à quoi vous espérez et merci de votre fidélité.
Je sais que la coutume veut qu'on présente une rétrospective de nos meilleures recettes de l'année précédente, mais cette fois, je ne le ferais pas. J'ai mis + de 150 recettes coup de coeur dans mon livre, sorti au mois de Septembre, et je pense que cela compense bien la rétrospective.

L'année 2011 a été une très belle aventure, me forçant à sortir de ma zone de confort : Sortie du livre, les lancements, les entrevues, la télé et le salon du livre et au bout du compte, de très belles rencontres avec vous. J'ai découvert aussi, une bien belle solidarité dans la blogosphère québécoise, comme une grande famille "tricotée serrée" et je pense que c'est ce qui m'a touchée le plus.

L'année 2012 s'annonce exactement comme l'année précédente et j'ai le regret de vous annoncer que je vais devoir ralentir un petit peu le rythme de publication auquel je vous avais habitués. Je suis en écriture d'un deuxième livre qui sortira au mois d'Août 2012.
Ce ne sera pas "les gourmandises d'Isa"2, il y aura beaucoup de recettes inédites et quelques surprises.

En attendant, je vous laisse sur une superbe recette. J'ai eu un coup de coeur pour ce roulé salé dès que je l'ai vu chez mon amie Philo.
Comme Philo, je l'ai préparé pour un apéritif mais comme il en restait, il m'a servi de lunch le lendemain midi.
C'est une recette qui pourrait être faite avec du prosciutto, si vous n'aimez pas le saumon fumé ( j'en connais). C'est très frais et moelleux et la présentation en jette beaucoup !

Pour 8 à 10 personnes pour un apéritif
3 oeufs séparés
1 et 1/2 cuillères à table (15 g) de farine
3 cuillères à table (25 g) de fécule de maïs
1 cuillère à thé (5 ml) de poudre à pâte (levure chimique)
3 cuillères à table (45 ml) de pâte de tomate (concentré de tomate)
120 ml d'eau chaude
1/4 tasse (60 g) de beurre fondu
2 cuillères à table (30 ml) de basilic ciselé
100 g de saumon fumé
200 g de fromage à la crème à tartiner, léger (Liberté) à température ambiante


Préchauffer le four à 350 F (180 C).
Préparer une plaque à biscuits de 10 po x 14 po (25 cm x 35 cm) en la beurrant, puis en la chemisant de papier parchemin.

Battre les jaunes d'oeufs avec l'eau très chaude jusqu'à ce que le mélange blanchisse et triple de volume (au moins 5 minutes).
Ajouter la farine, la fécule de maïs, la poudre à pâte qui auront au préalable été tamisées ensemble puis le beurre fondu, le basilic et la pâte de tomate.

Battre les blancs en neige avec une pincée de sel et incorporez-les délicatement à la préparation.
Verser dans la plaque à biscuits préparée et enfournez de 8 à 10 minutes.
Laissez refroidir.

Tartiner entièrement le biscuit à la tomate de fromage à la crème, puis disposer les tranches de saumon sur la surface.
Rouler le biscuit à la tomate en s'aidant du papier parchemin, en serrant bien.
Enrouler la préparation de film alimentaire et réserver au réfrigérateur plusieurs heures.
L'idéal, étant de le préparer la veille de la dégustation.
Découper en tranche de 1/2 po (1 cm) et disposer sur un plat de présentation.
Imprimer la recette