LES RATONS (CRÊPES DU MINEUR)


Quand j'ai publié les Couquebaques ch'tis, j'ai envoyé le lien de la recette à mes amis ch'tis, en leur demandant si ça leur rappelait de bons souvenirs. Alexis m'a répondu en me demandant si je connaissais les ratons. Il m'a expliqué que c'était des crêpes faites à la levure.
Et c'est en ouvrant un des livres que j'avais acheté à la brocante, Cuisinière du Nord, que j'ai trouvé la recette.

Ces crêpes sont riches mais paraissent ultra légères et mousseuses. Certainement le fait que les blancs d'oeufs sont ajoutés, battus en neige ferme et qu'il y ait une légère fermentation à la levure de boulanger.

Elles se dégustent saupoudrées de cassonade, mais avec du sirop d'érable, c'est bien bon aussi.

Pour 2 douzaines de crêpes environ
500 g de farine
10 oeufs, jaunes et blancs séparés
1 litre de lait tiède
1 c. à soupe de sucre
1 c. à soupe de rhum
1 pincée de sel
12 g de levure fraîche de boulanger ou 4 g de levure sèche
2 c. à soupe de bière
100 g de beurre


Beurre pour graisser la crêpière
Cassonade pour saupoudrer

Délayer la farine avec les jaunes d'oeufs, le lait tiède, le sucre, le rhum et 1 pincée de sel.
Délayer la levure dans la bière puis ajouter à la précédente préparation.
Fondre le beurre dans une casserole, et le cuire jusqu'à ce qu'il sente la noisette. L'incorporer à la pâte.

Battre les blancs d'oeufs en neige ferme puis les incorporer délicatement à la pâte.
Laisser la pâte reposer 1 heure.

Dans une poêle, légèrement beurrée, verser une petite louche de pâte. Bien pivoter la poêle pour bien étaler la pâte et ainsi obtenir des crêpes les plus fines possible.
Empiler les crêpes en les saupoudrant de cassonade.
Imprimer la recette



Commentaires

  1. Bonjour Isa,très émue de voir cette recette emblématique dans ma famille! Alexis vous a-t'il dit que chez ses grands-parents,en Picardie pas loin du Nord Pas de Calais, sa grand-mère faisait ces ratons chaque vendredi soir? Elle préparait la pâte dans un grand saladier ou dans un seau en plastique réservé à cet usage suivant le nombre de convives. La pâte levait tout l'après-midi à côté du poêle. La cuisson se faisait sur une grande plaque en fonte au fond surélevé directement sur le poêle ou sur la gazinière en été. Avant de verser une louche de pâte, Maman graissait la plaque du ratonier avec un morceau de lard piqué sur une fourchette. Je continue à faire régulièrement ces ratons. Ma recette ne comporte que 4 oeufs jaunes et blancs en neige, pas de bière ni de rhum. Avec du sucre, de la confiture( ou du sirop d'érable) le goût est parfait pour ces crèmes très légères. Merci pour toutes vos belles recettes! Bernadette( maman d'Alexis)

    RépondreEffacer
  2. Je suis originaire du nord de la France et ton billet réveille en moi tant de bons souvenirs, nous étions 9 enfants à table et je te l'aise imaginer le travail fou de ma mère en cuisine les jours de raton la pate reposait dans une énorme marmite ,il y avait de la fumée dans la maison, une odeur de beurre gresillant dans la poêle ' des rires et de la joie ( et aussi bien sûr de la fatigue pour la cuisinière, mais ça je l'ai compris en grandissant !)

    RépondreEffacer
  3. Les ratons que j'ai connus dans le nord, du côté de Maubeuge (petit village : Sassegnies) et faites par ma belle mère, etaient très epaisses grâce à la levure de boulanger, mais extrêmement légères. Je ne suis jamais parvenue à faire les mêmes

    RépondreEffacer

Publier un commentaire

Merci de vos commentaires qui sont toujours très appréciés.
Laissez-moi un nom, cela évite que je vous réponde anonymement :)

Messages les plus consultés