Aucun message portant le libellé crème. Afficher tous les messages
Aucun message portant le libellé crème. Afficher tous les messages

01 novembre 2016

FLAMICHE AU POIREAU


J'ai préparé cette flamiche en grande quantité, parce que j'adore cela parce qu'elle contient principalement du poireau qui est mon légume préféré. Ça parait bizarre pour beaucoup de monde quand je dis cela, mais je ne le prépare pas seulement dans des soupes, mais aussi en gratin , en sauce blanche ou juste tombé dans un peu de beurre.

La meilleure recette est sans aucun doute celle que je mangeais chez mon papy : en papillote d'aluminium et cuit dans la braise de la cheminée. Puis on ouvrait la papillote, on fendait le poireau en deux dans la longueur et on ajoutait un peu de beurre, du sel et du poivre. Trop, trop bon !

Tout ça pour dire, que cette spécialité du Nord de la France a pris des habitudes dans ma cuisine et qu'elle y fait fureur. D'où l'autre raison de la faire en grande quantité, car tout le monde en veut pour son lunch.

Pour 8 à 10 portions (pour un moule de 9 po x 13 po (23 cm x 33 cm)
1lb (500 g) de pâte brisée maison ou du commerce
4 tranches de 1/2 po (1 cm) de bacon, coupées en lardons
2 c. à soupe de beurre
1 kg de poireau, parés et émincé finement
8 oeufs
1 tasse (250 ml) de lait
1 tasse (250 ml) de crème 15 %
1/2 c. à café de muscade râpée
Sel, poivre




Préchauffer le four à 220 c. (440f.)
Graisser un plat rectangulaire en métal de 9 po x 13 po (23 cm x 33 cm), chemisez-le de papier parchemin puis foncer le plat de la pâte à tarte.
Réserver au réfrigérateur, le temps de préparer le reste de la recette.

Dans une poêle, à sec, faire griller les lardons, jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés. Réserver.

Faire dorer les lardons ou les dés de jambon, à la poêle. Réserver.

Dans la même poêle, à feu moyen, fondre le beurre et faire tomber les poireaux jusqu'à qu'ils soient fondants, sans les colorer, soit environ 15 minutes. Laisser refroidir.

Dans un saladier, mélanger les oeufs, le lait et la crème. Saler, poivrer et ajouter la muscade. Bien mélanger.

Étaler les lardons et les poireaux puis verser la préparation aux oeufs par dessus.

Enfourner pour 45 minutes à 1 heure, ou jusqu'à ce que la préparation aux oeufs soit prise et que le dessus soit légèrement doré.
Imprimer la recette

30 mars 2016

OEUF COCOTTE EN BRIOCHE, AU PROSCIUTTO


Je fais régulièrement cette pâte à brioche, car j'ai des poules très généreuses mais la semaine dernière, j'ai fais des brioches individuelles (de la même forme qu'un pain hamburger) plutôt qu'une tresse ou une brioche en forme de pain.
À titre d'info, la cuisson des brioches individuelles (16) est de 20 minutes à  350 F (180 C).

Toutes les brioches n'avaient pas été mangées et elles commençaient à rassir et pour éviter le gaspillage, je m'en suis servie de cocotte pour cuire les oeufs.

Pour un brunch ou un lunch, c'est vraiment parfait et c'est tellement bon.

Pour 4 personnes
4 brioches
4 oeufs
4 c. à soupe de crème 35 %
2 tranches de prosciutto, émincées finement
Poivre


Préchauffer le four à 350 F (180 C).
Couper le dessus des brioches, et évidez-les.
Casser un oeuf dans chaque brioche, puis ajouter la crème 35 %.
Recouvrir de prosciutto et poivrer au goût.
Enfourner pour 20 minutes.
Déguster chaud.
Imprimer la recette

29 février 2016

CRÈME DE COURGE RÔTIE AU FENOUIL ET À L'ORANGE + CONCOURS


Vous-je déjà dit combien j'aimais la soupe ? Je devrais dire les soupes car rares, sont celles que je n'apprécie pas.
Ma préférée de toutes mes préférées étant la chaudrée de palourdes !
Groupe Modus vient de sortir Bar à soupes. Avec ces 80 recettes débordantes de saveurs et de nutriments, vous avez là, plus de soupes qu'il n'en faut pour parvenir au printemps en forme et en santé.
Je me suis inspirée d'une recette du livre pour vous préparer cette crème de courge rôtie au fenouil et à l'orange et c'est divin.

Groupe Modus me donne la possibilité de vous faire gagner un exemplaire de ce livre.
Pour cela :
-Il faut avoir une adresse au Canada
-Me dire quelle est votre soupe préférée (dans les commentaires, sous cet article)
-Ne pas oublier de me laisser une adresse courriel afin que je puisse vous rejoindre, lors du tirage au sort
-Vous avez jusqu'au samedi 5 Mars 2016, minuit, heure de Montréal, pour participer.
Bonne chance à tous !


Pour 6 personnes
1 grosse courge Butternut, pelée, coupée en 2, épépinée et coupée en cubes
2 c. à soupe d'huile d'olive
2 c. à soupe de beurre
1 bulbe de fenouil, paré et haché (réserver quelques feuilles pour le service)
2 échalotes, hachées
2 gousses d'ail, hachées
1 c. à soupe de zeste d'orange
1 piment chipotle en sauce adobo, haché
2 c. à café de cumin moulu
3/4 tasse (180 ml) de jus d'orange
4 tasses (1 litre) d'eau
1 tasse (250 ml) de crème 35 %
1 c. à soupe de jus de citron
Sel au goût
Préchauffer le four à 375 F (190 C).


Dans un grand bol, mélanger les cubes de courge avec l'huile d'olive.
Déposez-les sur une grande plaque de cuisson en une seule couche.
 Enfourner pour 45 minutes, en retournant les morceaux de temps à autre.

Dans une grande casserole, à feu moyen-doux, fondre le beurre et cuire le fenouil, les échalotes, l'ail, le zeste d'orange et le piment chipotle.
Couvrir et cuire sans coloration 15 minutes ou jusqu,à ce que les légumes soient tendres. Ajouter le cumin et remuer 1 minute.
À feu moyen, ajouter la courge, le jus d'orange et l'eau.
Laisser frémir, couvrir et liasser mijoter 15 minutes.
Incorporer la crème et laisser mijoter 5 minutes. Saler au goût.

Au mixeur plongeur, mixer jusqu'à consistance lisse.
Ajouter le jus de citron et mélanger.
Servir immédiatement et garnir de feuilles de fenouil.
Imprimer la recette

Édition du 6 Mars 2016
Le tirage a désigné Linda !  Bravo Linda et merci à tous de votre participation !

19 février 2016

FLAN PÂTISSIER SANS PÂTE


Quand j'ai fait mes macarons, il m'est resté beaucoup de jaunes d'oeufs et ça tombait plutôt bien car j'avais épinglé sur Pinterest, un flan pâtissier sans pâte chez Marie.
Le flan pâtissier et moi, c'est une longue histoire d'amour, qui se prolonge aussi avec Ian, qui en est fou. Je ne sais si c'est la génétique ou s'il est sous influence.
Les 3 ingrédients importants dans ma cuisine sont le lait, la farine et les oeufs (c'est pour cela que j'ai des poules). Avec cela, je peux faire des crêpes ou du flan pâtissier.
Pour aimer ce dessert, il faut aimer les oeufs et si vous ne les aimez pas, pensez à un autre dessert !
En tout cas, celui-ci est vraiment excellent, même Ian ne s'est pas aperçu qu'il n'y avait pas de pâte.

Pour 8 personnes
4 tasses (1 litre) de lait
1 tasse (250 ml) de crème 35 %
2 gousses de vanille, fendues et grattées
10 jaunes d'oeufs
1 1/4 tasse (250 g) de sucre
3/4 tasse (100 g) de fécule de maïs


Dans une casserole, faire chauffer le lait, la crème 35 % avec les gousses de vanille et un peu de sucre prélevé sur la quantité initiale (ça évite que le lait accroche à la casserole).

Dans un saladier, fouetter les jaunes d'oeufs avec le sucre et la fécule de maïs.
Quand le lait est chaud, verser sur la préparation d'oeufs en mélangeant vivement.
Remettre la préparation dans la casserole et remettre à cuire en mélangeant constamment au fouet, jusqu'à épaississement.
Retirer du feu et laisser refroidir complètement en couvrant la crème d'une film alimentaire.

Quand la crème est bien froide, mélangez-la au fouet.


Préchauffer le four à 350 F (180 C).
Sur une plaque de cuisson chemisée de papier parchemin, déposer un cercle à pâtisserie de 9 po (23 cm) et 2 po (5 cm) de haut, puis beurrer et fariner le fond et le tour (si vous n'avez pas de cercle à pâtisserie, utilisez un moule à parois amovible de même diamètre.

Verser la crème dans le cercle (ou le moule), puis lissez le dessus avec une spatule.
Enfourner pour 35 à 40 minutes ou jusqu'à ce que le dessus soit très doré avec des taches plus foncées.
Laisser complètement refroidir avant de réfrigérer, puis couper en parts.
Imprimer la recette



20 juillet 2015

SPAGHETTI À LA FLORENTINE AU JAMBON


Un tiers des parents canadiens sondés se sentent coupables de ne pas passer plus de temps en famille à l’heure des repas. C'est pour cela, que chez nous, le temps des vacances d'été est très apprécié car on peut réellement avoir des repas en famille.
J'ai un mari qui finit le travail assez tard et qui ne correspond pas à l'horaire de Ian quand il va à l'école. C'est donc bien souvent que Ian et moi mangeons en tête à tête et que l'on garde le repas de papa, au chaud.

Se rassembler en famille à l’heure du repas est depuis toujours un lieu d’échange central qui resserre les liens entre les membres d’une famille et les amis. Toutefois, trouver le temps de communiquer avec ceux qui vous sont chers peut aujourd’hui s’avérer un défi. Une nouvelle étude menée par le Forum Angus Reid pour le compte de Barilla Canada révèle que même si la vaste majorité des parents canadiens sondés (dans une proportion de 96 pour cent) affirment l’importance de partager un repas en famille pour établir un lien avec leurs enfants, moins de la moitié (46 pour cent) des familles canadiennes se réunissent pour un repas familial tous les jours.

Barilla Canada®, en partenariat avec le chef David Rocco, lance l’initiative Partagez votre tableMD, un programme conçu pour revigorer l’heure du souper en famille.

Barilla invite les Canadiens à partager leurs moments de repas en famille pour courir la chance de gagner l’un des trois voyages en Italie. Les familles doivent d’abord mettre le cap sur Barilla.ca et soumettre leurs photos ou messages textes qui démontrent comment elles font du souper un moment important, amusant et signifiant dans leur journée. Toutes les soumissions constitueront une entrée au concours, soit une chance de gagner un voyage pour quatre personnes en Italie. Le concours Partagez votre table MD prend fin le 31 juillet 2015.


Rien n'est plus rassembleur qu'un plat de pâtes, et aujourd'hui, je vous propose des spaghetti à la florentine avec du jambon blanc. C'est un plat complet absolument délicieux et très rassembleur.

Pour 4 personnes
1 c. à soupe d'huile d'olive
1 oignon haché
2 gousses d'ail hachées
200 g de feuilles de bébés épinards
1/2 tasse (125 ml) de crème 15 %
1 poignée de parmesan râpé + un peu pour saupoudrer
1 paquet de spaghetti Plus Barilla
4 tranches de jambon blanc, coupées en lanières
Sel et poivre


Faire chauffer l'huile d'olive dans une poêle et faites blondir l'oignon et l'ail 5 minutes.
Ajouter les feuilles de bébés épinards et cuire jusqu'à ce qu'ils soient tombés.
Verser toute la préparation dans le blender, puis ajouter la crème 15 % et le parmesan.
Saler et poivrer. Mixer jusqu'à l'obtention d'une crème lisse. Réserver.

Cuire les spaghetti al dente dans une grande casserole d'eau salée, en suivant les instructions du paquet.
Égouttez-les, puis remettez-les dans la casserole.
Incorporer la préparation aux épinards et le jambon en lanières.
Servir dans des assiettes creuses, saupoudrés de parmesan.
Imprimer la recette

22 juin 2015

RILLETTES DE MAQUEREAUX AU FENOUIL ET À LA MOUTARDE À L'ANCIENNE


Ce n'est pas la première fois que je vous propose des rillettes de maquereaux, c'est même la 3ème fois. La 1ère ici (clic), la seconde ici (clic).
Les 3 sont différentes mais je ne saurais vous dire quelle est la meilleure.
Je ne suis pas très objective, car j'adore le maquereau. Sa chair fine et délicate a un goût distinctif et prononcé. Si vous êtes habitués aux poissons blancs, vous trouverez toute une différente. Vous verrez aussi, une énorme différence de prix avec les autres poissons.

Je l'ai ici, associé avec du fenouil, qui forme pour moi, le mariage parfait. À déguster bien frais, sur des tranches de baguettes grillées (et un bon verre de vin blanc).

Pour 4 personnes
2 maquereaux de taille moyenne
1 court-bouillon pour poisson

1 bulbe de fenouil
2 c. à soupe d'huile d'olive

6 c à soupe de crème fraîche 35 %
2 c. à soupe de moutarde à l'ancienne
Sel et poivre
Le zeste d'un citron


Vider et nettoyer les maquereaux. Les faire cuire dans le court bouillon pendant 15 minutes.
Les égoutter. Laisser refroidir.
Émietter la chair à la fourchette en prenant garde aux arrêtes.

Émincer le fenouil assez finement et le faire revenir dans l'huile d'olive pendant 10 minutes, ou jusqu'à ce qu'il soit tendre.


Dans un saladier, mélanger la crème et la moutarde, le sel et poivre.

Ajouter le maquereau émietté, le fenouil et le zeste de citron et bien mélanger.
Ajuster l'assaisonnement au besoin.

Recouvrir de film alimentaire puis réfrigérer afin que les saveurs se développent.
Sortir les rillettes 30 minutes avant de les déguster sur des tranches de baguettes grillées.
Imprimer la recette

01 mai 2015

FLAN PARISIEN


Des recettes de flan pâtissier ou parisien, j'en ai déjà plusieurs sur mon blogue. J'en ai même à plusieurs autres saveurs, mais celui-ci vient de tomber dans mes favoris.
J'ai utilisé la recette de Christophe Felder pour l'appareil (garniture) mais j'ai utilisé de la pâte feuilletée alors que lui, utilise une pâte brisée.

Au même titre que les crêpes ou la tarte aux pommes, c'est mon dessert doudou. Pour cela il faut aimer le goût des oeufs, les desserts crémeux et surtout adorer le goût de la vanille.
J'ai lu à plusieurs endroits, sur le net, que ce flan était le meilleur et je confirme, c'est bien le meilleur !

Pour un moule à parois amovible de 10, 5 po (27 cm)
Pour 10 à 12 personnes
1 pâte feuilletée
1,2 litre (4 tasses + 200 ml) de lait
 300 g (1 1/2 tasse) de sucre
1 gousse de vanille, fendue et grattée
6 oeufs -
1 tasse + 2 c. à table (140 g) de fécule de maïs
1 c . à soupe (15 ml) d'extrait de vanille
300 ml  de crème 35 %



Abaisser la pâte, sur un plan de travail fariné, sur une épaisseur de 1/8 po (3 mm).
Chemisez-en un moule à parois amovible de de 10, 5 po (27 cm), beurré.
Réserver au réfrigérateur.


Faire bouillir le lait, la moitié du sucre et la gousse de vanille fendue et grattée.
Pendant ce temps, fouetter les oeufs entiers avec le reste du sucre, la fécule de maïs et l'extrait de vanille. NE PAS FAIRE BLANCHIR.
Ajouter la crème 35 %et bien mélanger.
Incorporer peu à peu le lait chaud en continuant à mélanger.

Remettre sur le rond et porter à ébullition sur feu moyen sans cesser de fouetter.
Dès que la crème épaissie, retirez-la du feu.

Refroidir la crème en plongeant le saladier dans de l'eau froide additionnée de glaçons.

Préchauffer le four à 410 F (210 C).

Verser la crème refroidie dans le moule garni de la pâte.
Lisser la surface à l'aide d'une spatule et enfournez pendant 20 min.
Augmenter la température du four à  465 F (240 C) et poursuivre la cuisson 10 minutes.

Laisser complètement refroidir avant de réfrigérer et déguster.
Imprimer la recette



28 avril 2015

POULET À LA CRÈME DE PARMESAN


C'est une recette coup de coeur que j'adapte avec tous les morceaux de poulet : les poitrines, les cuisses et les pilons.
C'est très facile à faire et c'est extrêmement bon.
Il faut éviter de trop saler le poulet, car la sauce au parmesan l'est déjà.

Si vous faîtes cette recette avec des pilons, adaptez la cuisson, car s'ils sont trop cuits, ils risqueraient de se défaire et d"être trop secs.
C'est un plat qui plaira aux enfants, si je me fie à ma zouille, il est trop content qu'il y ait des restes et me les réclame pour son lunch du lendemain.

Pour 4 personnes
4 poitrines de poulet
1 c. à café de paprika
Sel et poivre au moulin
2 c. à soupe d'huile
2 c. à soupe de beurre
300 ml de vin blanc
200 ml de crème 35 %
2 c. à soupe de moutarde de Dijon
100 g + 50 g de parmesan râpé
3 c. à soupe de chapelure


Assaisonner les poitrines de poulet avec le paprika, du sel et du poivre.
Faîtes-les dorer de chaque côté, dans une sauteuse dans le beurre et l'huile.
Baisser le feu, couvrir et laissez cuire 20 minutes en mélangeant régulièrement.

Préchauffer le four à 430 F (220 C).
Déposer les poitrines de poulet dans un plat à gratin et jeter la graisse de cuisson.

Chauffer la sauteuse et déglacez-la avec le vin blanc. Laisser réduire de moitié.
Ajouter la crème, la moutarde de Dijon et la première quantité de parmesan (100 g).
Porter à ébullition en mélangeant.

Napper le poulet de cette sauce et parsemer du reste de parmesan, puis de la chapelure.
Faîtes gratiner 8 à 10 minutes dans le four et servir.
Imprimer la recette

17 avril 2015

MIRLITONS


C'est en regardant l'émission La meilleure boulangerie de France, que je me suis aperçue que, même si je suis d'origine française, je ne connaissais pas bien les spécialités des autres régions que celles de ma région d'origine.

Les Mirlitons sont une spécialité de Rouen et sont mentionnés dans des livres de recettes datant de la seconde partie du 19ème siècle.
Les Mirlitons de Rouen, réalisés à base de pâte feuilletée et d’un mélange de sucre, de crème fleurette et de poudre d'amande parfumé à la vanille et à la fleur d’oranger, se dégustent selon l’humeur, tièdes ou froids.

Ce sont comme des tartelettes à la frangipane. C'est super facile à faire et c'est excellent.
Vos Mirlitons ressortiront du four super gonflés mais lors du refroidissement, la garniture retombera.
Allez-y doucement sur la fleur d'oranger, car si vous en mettez trop, ça risque de vous tomber sur le coeur. Ici la quantité est juste parfaite.

Pour 6 mirlitons :
1 pâte feuilletée de 250 g
90 g de sucre semoule
30 g de poudre d'amandes
3 c. à soupe de crème 35 %
3 œufs
1,5 c. à café d'eau de fleur d'oranger
1 gousse de vanille grattée

Amandes effilées pour décorer
Sucre à glacer pour saupoudrer


Préchauffer le four à 400 F (200 C).
Abaisser la pâte feuilletée sur une épaisseur d'environ 2 à 3 millimètres.
Découper 6 cercles de pâte d'environ 15 cm de diamètre.
Disposer les cercles de pâte dans des moules à tartelette d'un diamètre de 10 cm
Les piqueter à l'aide d'une fourchette.
Mettre les moules 30 minutes au réfrigérateur.


Pendant ce temps, mélanger au fouet les œufs, le sucre, la poudre d'amande, la crème 35 % et les graines de vanille.
Parfumer avec la fleur d'oranger.
Répartir la préparation sur chacun des fonds de tarte préparés et déposer délicatement des amandes effilées esthétiquement.
Enfourner pour 25 minutes
Saupoudrer de sucre à glacer.

Les mirlitons se dégustent tièdes ou froids.
Imprimer la recette

12 décembre 2014

TARTE AU SUCRE, CELLE DES CH'TIS


Un peu plus tôt, cette semaine, je vous ai parlé des cadeaux de Noël que j'ai reçus avant la date. Aujourd'hui, je vous présente le deuxième livre consacré à la boulangerie : Boulanger de Keda Black.
Ce livre contient 100 recettes des basiques étape par étape : les grands classiques des pains, viennoiseries et petits gâteaux.
Au sommaire : pain de campagne, pain au levain, pain complet, baguette, croissant pur beurre, viennoise, pain aux raisins... Des recettes sans machine, cuisson au four traditionnel.

C'est le livre parfait pour les débutants qui ont besoin de visualiser les étapes.
Les recettes sont justes et bien expliquées, vous n'aurez plus d'excuse pour ne pas vous lancer dans la boulangerie.

Entre deux préparations de biscuits et autres gourmandises pour Noël, je boulange. Ça sent le fournil dans ma cuisine du matin au soir !
Et entre deux façonnages de pains, j'ai choisi de tester la tarte au sucre. Pas la notre, celle des ch'tis, ces sympathiques et très accueillants gens du Nord de la France.
Beaucoup moins sucrée que la tarte au sucre québécoise, cette tarte a une croûte faîte de pâte briochée.
Même mon québécois pure laine de mari a dit que ça tombait moins sur le coeur, que ma tarte habituelle, qui pourtant, fait partie de ses desserts préférés.


Pour un  tarte d'un diamètre de 23 cm (9 po)
1 2/3 tasses (250 g) de farine
2 c. à soupe (25 g) de sucre
1 pincée de sel
10 g de levure de boulanger fraîche
100 ml de lait tiède
1 oeuf
1/4 tasse (60 g) de beurre à température ambiante

Pour la garniture
1/2 tasse (100 g) de vergeoise ou de cassonade
2 oeufs
100 ml de crème 35 %
2 c. à soupe (30 g) de beurre


Dans le bol du mélangeur, mélanger la farine, le sucre et le sel. Faire un puits.
Émietter la levure dans le puits et délayer avec le lait tiède.
Ajouter l'oeuf et le beurre.
Faire une pâte puis pétrir pendant 5 minutes. Laisser reposer la pâte 2 heures couverte d'un film alimentaire.

Préchauffer le four à 350 F (180 C).
Étaler la pâte en rond et en garnir un moule à tarte beurré et fariné, de 9 po (23 cm).
Saupoudrer la pâte de vergeoise (ou cassonade).
Mélanger les oeufs battus et la crème puis répartir ce mélange sur la tarte, sans forcément tout mettre : il faut humecter le sucre.
Répartir le beurre coupé en petits morceaux dessus.
Enfourner pour 20 à 25 minute.
Imprimer la recette









22 avril 2014

#LMDCONNECTOR : QUICHE AUX SAUMON FUMÉ, CREVETTES NORDIQUES ET FROMAGE DE CHÈVRE


Pour la fin de semaine de Pâques, je n'ai pas fait grand chose côté cuisine, parce que c'était une fin de semaine sous le signe du travail. J'avais malgré tout, pris un peu d'avance pour le brunch dominical.
Je l'avais préparé simple et pas trop copieux car le lundi de Pâques, j'avais réservé pour le brunch que Rémy de CRémy, préparait à l'annexe de La Fabrique.

Comme bien souvent, mes tartes et mes quiches sont souvent inspirées des petits restants du réfrigérateur. Et là, ce n'étaient que de très bons restants et bien que ce ne soit pas évident pour tout le monde, j'ai toujours aimé l'association saumon fumé/fromage de chèvre.
Vous remarquerez que je n'ai pas mis de sel dans les ingrédients, car entre le saumon, les crevettes et le fromage, j'ai pensé que le dosage en sel était bien suffisant.

Il peut être trop tard pour vous donnez des idées de recettes de Pâques, mais vous pourrez toujours découvrir sur Vivre Délicieusement, des recettes à base poissons et de fruits de mer.

Pour un moule à tarte de 11 po (28 cm) de diamètre et 1 1/2 po (4 cm) de haut

1 pâte brisée, maison ou du commerce
100 g de saumon fumé, émincé
300 g de crevettes nordiques (ou Bouquets) décortiquées
200 g de fromage de chèvre, crémeux et pas trop fort (style Pizy), coupé en morceaux
6 oeufs
500 ml de crème 15 %
4 c. à soupe de persil italien ciselé.
Poivre

Préchauffer le four à 350 F (180 C).
Graisser généreusement le moule à tarte. Réserver.

Abaisser la pâte sur un plan de travail fariné, puis foncer le moule préparé.

Garnir la pâte de saumon fumé, de crevettes nordiques et de morceaux de fromage de chèvre.

Battre les oeufs avec la crème 15 % et le persil. Poivrer, puis verser la préparation dans le fond de tarte.
Enfourner pour 40 minutes ou jusqu'à ce que la garniture soit prise et le dessus bien doré.
Servir chaud ou tiède avec une salade verte.

« Divulgation : je fais partie d’un programme Vivre délicieusement pour les blogueuses et, à ce titre, j’en retire quelques avantages. Les opinions émises sont les miennes. » 
Imprimer la recette

10 mars 2014

PAIN PERDU...LE MEILLEUR


Faire son pain maison a ses avantages, mais aussi ses inconvénients. On créé des personnes qui n'aiment que le pain frais et qui pincent un peu du bec quand le pain a quelques jours. Pourtant, le pain sans pétrissage que je fais, reste moelleux même après plusieurs jours.
Je le mets dans un torchon, dans la boite à pain.
Comme il n'était pas question que je gaspille ce pain, je l'ai préparé en pain perdu. Les ingrédients sont ceux que l'on utilise habituellement, mis à part la pâte de vanille que Mme Carrée m'a offerte à Noël.

Dans cette recette, c'est la cuisson qui est différente. Les tranches étant assez épaisses, j'ai fait une pré-cuisson au four, à basse température, sur des plaques de cuisson recouvertes de film alimentaire.
Cela a l'avantage de prendre un peu d'avance, si vous recevez pour le brunch.
Soit vous réservez vos tranches au réfrigérateur ou vous les faîtes dorer dans le beurre.

Arrosez le tout de sirop d'érable et vous aurez du pain perdu digne d'un grand dessert. C'est fondant et moelleux. Une seule tranche suffit largement à vous rassasier, mais il faut vraiment contrôler sa gourmandise.


Pour une dizaine de tranches
1 boule de pain croûté, de 2-3 jours
4 oeufs
1/2 tasse (100 g) de cassonade
2 c. à thé (10 ml) de pâte de vanille
 2 tasses (500 ml) de lait
2 tasses (500 ml) de crème 35 %
Beurre pour la cuisson
Sirop d'érable pour le service




Enlever la croûte du pain et portionnez-le en tranches de 2 cm.
Déposer les tranches dans un grand plat creux et réserver.

Blanchir les oeufs avec la cassonade et la pâte de vanille.
Ajouter le lait et la crème et bien mélanger.
Verser la préparation sur les tranches de pain.
Couvrir le plat de film alimentaire et laisser le pain s'imbiber pendant 8 heures (ou une nuit) au réfrigérateur (retourner les tranches au bout de 4 heures).

Le lendemain :
Préchauffer le four à 255 F (125 C).
Déposer les tranches imbibées sur deux plaques de cuisson.
Recouvrir les plaques avec du film alimentaire puis enfourner pour 25 minutes.

Sortir les plaques du four.
Fondre du beurre dans une poêle à feu moyen, puis faire dorer les pains perdus 3 à 4 minutes de chaque côté.
Servir aussitôt avec du sirop d'érable.

Imprimer la recette

24 octobre 2012

QU'EST-CE QU'ON MANGE AVEC KNORR :POULET AVEC SAUCE À LA CRÈME ET AU VIN BLANC


Voici la dernière des 3 recettes que je devais essayer pour Knorr, et ce n'est pas la moindre. Tellement simple à préparer et tellement bonne. D'emblée, j'adore les hauts de cuisse de poulet, je trouve que c'est très tendre et pas sec du tout.
Pour réaliser la recette,  j'ai utilisé pot de bouillon de poulet style maison de Knorr à teneur réduite en sodium.
À date, je trouve que c'est le bouillon qui ressemble le plus à ce qu'on peut faire maison.
J'ai servi ce plat avec du chou Romanesco, que je trouve tellement beau que j'aurais juste envie d'en faire des bouquets.

Je vous rappelle que vous n'avez plus qu'une semaine devant vous pour tenter de gagner un magnifique panier cadeau, d'une valeur approximative de 350 $ (Produits Knorr et ustensiles de cuisine).

Pour cela, il vous faudra :
1-Essayer une des recettes proposées ici, uniquement dans le livre électronique d'idées recettes (clic).

2-Puis, vous m'envoyez la photo de votre réalisation avec le lien de la recette sur votre blogue, ou si vous n'êtes pas blogueurs, le lien de la recette sur le site de Knorr.

3- Vous devrez aussi publier la photo de votre réalisation sur la page Facebook de Knorr en ajoutant le hastag #qu’est-cequ’onmangeknorr ( si vous n'êtes pas sur facebook, faîtes-le moi savoir, j'irai posté votre photo et votre lien).

Le concours est ouvert uniquement au résidents canadiens, du 10 Octobre 2012 au 31 Octobre 2012 , minuit heure de Montréal.
Bonne chance à tous !

Poulet avec sauce à la crème et au vin blanc :
Pour 4 personnes
1 cuillère à table (15 ml) d'huile d'olive
6 hauts de cuisse de poulet, désossées et sans la peau
1/2 oignon tranché finement
2 gousses d'ail
300 g (10 oz) de champignons Cremini, coupés en deux
1 tasse (250 ml) de vin blanc sec
1/4 tasse (60 ml) de crème fraîche épaisse
1 pot de bouillon de poulet style maison de Knorr à teneur réduite en sodium


Faire dorer le poulet dans l'huile, dans un poêlon antiadhésif.
Mettre de côté et réserver le jus de cuisson.

Cuire l'oignon et l'ail dans le jus de cuisson, environ 2 minutes.
Ajouter les champignons et cuire encore 2 minutes.

Incorporer le vin et la crème et porter à ébullition.
Baisser le feu et laisser mijoter pendant environ 3 minutes.
Incorporer le bouillon.
Remettre le poulet dans le poêlon et laisser mijoter, avec couvercle, jusqu'à ce que le poulet soit bien cuit, environ 20 minutes.
Ajouter le basilic pour servir.
Imprimer la recette

27 janvier 2012

DARING BAKERS : SCONES


 Le défi Daring Bakers de Janvier 2012 nous est proposé pas Audax de Audax Artifex. Il nous demande de fabriquer des scones.

Audax Artifex was our January 2012 Daring Bakers’ host. Aud worked tirelessly to master light and fluffy scones (a/k/a biscuits) to help us create delicious and perfect batches in our own kitchens!
Il y a quelques temps, monsieur Gourmandises et moi, regardions Masterchef Australia, c'était un épisode de sélection et les candidats devaient réaliser des scones.
En regardant les résultats pour certains, très décevants, monsieur Gourmandises m'a demandé si c'était vraiment très compliqué à faire des scones. Je lui ai répondu que c'était aussi facile à faire qu'à louper.
Le secret est dans le fait de travailler la pâte juste assez : ni trop, ni trop peu.

Quand je me suis lancée dans le défi, j'ai cherché plein d'idées de parfums et de garnitures pour en fait choisir une recette qu'on pourrait appeler "minimaliste", tant les ingrédients sont simples mais avec un résultat qui a fait que tout le monde s'est jeté sur les scones à la sortie du four.
Ils sont dans le style "biscuits" puisqu'ils ne sont pas sucrés, et la texture est croquante dehors et fondante dedans. Nous les avons dégustés encore très chauds avec de la confiture.
Quand monsieur Gourmandises a vu et goûté le résultat, il m'a dit que j'aurai certainement été sélectionnée à Masterchef Australia :)



2 tasses (300 g) de farine
1 cuillère à thé (5 ml) de sel
1 cuillère à table (15 ml) de poudre à pâte (levure chimique)
3/4 tasse (180 ml) de crème 35 %
1/2 tasse (125 ml) de yogourt
Un peu de beurre fondu pour dorer


Préchauffer le four à 400 F (200 C) et chemiser de papier parchemin une plaque à biscuits.

Dans un saladier combiner la farine, le sel et la poudre à pâte.
Creuser un puits au centre, et verser la crème et le yogourt.
Mélanger doucement à la spatule, jusqu'à ce que les ingrédients secs secs soient juste humides.

Avec les mains, presser 5 fois la pâte contre la parois du saladier pour la compacter puis former une boule.
Sur un plan de travail légèrement fariné, abaisser la pâte au rouleau sur une épaisseur de1/2 po (1 cm).
Découper les scones avec un emporte-pièce rond de 2 po (5 cm), puis déposez-les sur la plaque à pâtisserie préparée.
Badigeonner les scones de beurre fondu à l'aide d'un pinceau.

Cuire au four de 15 à 20 minutes ou jusqu'à ce que le dessus  soit légèrement doré mais l'intérieur encore tendre.
Laisser refroidir quelques minutes avant de déguster avec du beurre et (ou) de la confiture.
Imprimer la recette

20 janvier 2012

CRÈME CUITE AUX OEUFS


Dans son livre Kitchen, Nigella appelle ce dessert des crèmes cuites aux oeufs, dans ma famille, nous appelions cela, des oeufs au lait.
Ce dessert revenait souvent sur la table, car à l'époque, nous avions la chance de pouvoir se procurer du lait directement à la ferme. L'avantage est que c'était du lait qui goûtait...le lait ...mais qui pouvait goûter l'ensilage selon les saisons et ça c'était moins bon.
Le désavantage qui n'en était pas vraiment un, c'est qu'il fallait l'utiliser rapidement ou le faire bouillir pour éviter qu'il ne tourne.
Ai-je besoin de vous raconter que tout ce qu'on faisait avec ce lait avait un tout autre goût ? Les bols de chocolat chaud, le riz au lait auquel nous n'avions pas besoin de rajouter de la crème et les crèmes dessert.
Quand j'ai lu la recette et en ai déduit que c'était la même recette réconfort de mon enfance, je n'ai pu m'empêcher de la refaire, même si le lait que j'ai utilisé ne goûte pas vraiment le lait d'autrefois.

Beurre pour les plats
2 et 1/4 tasses (560 ml) de lait
4 oeufs
1/4 tasse (60 ml) de sucre
2 cuillères à thé (10 ml) d'extrait pur de vanille
Noix de muscade fraîchement râpée

1 plat à gratin rond de 17 cm de diamètre et 6 cm de profondeur ou 6 ramequins


Préchauffer le four à 285 F (140 C) et beurrer les ramequins.
Faire chauffer le lait sans le laisser bouillir.
Dans un saladier, fouetter les oeufs, le sucre et la vanille.
Puis toujours en fouettant, verser le lait chaud.

Placer les ramequins beurré dans une lèchefrite pour faire un bain-marie.
Filtrer la crème au travers d'une passoire au dessus des ramequins pour les remplir, puis râper la noix de muscade par dessus.

Verser de l'eau tout juste bouillante dans la lèchefrite, jusqu'à mi-hauteur des ramequins.
Enfourner pour 1 h 30. La crème doit être juste prise.
Sortir la lèchefrite du four et laisser refroidir un peu avant de déguster.
Imprimer la recette

26 décembre 2011

BOUDIN BLANC DE VOLAILLE MAISON, COMPOTÉE DE POMMES ET CANNEBERGES


Je me suis bien gâtée pour Noël, je me suis rachetée un Kitchenaid, mais cette fois-ci, j'ai pris le pro, ainsi que le kit d'accessoires pour hacher, faire les saucisses etc...Il y avait de super bons spéciaux, il fallait en profiter. Je garde toutefois, mon "petit" Kitchenaid, car il est bien pratique pour des plus petites quantités et Ian se l'ait approprié !
Pour tester mes accessoires, je me suis inspirée de la recette de Jean-Luc Boulay qui est dans son livre L'univers gourmand de Jean-Luc Boulay, et j'ai réalisé du boudin blanc de volaille.
Je voulais les faire avec des pelures de truffes, mais je n'en ai pas trouvées, je me suis rabattue sur des ceps que j'avais déshydratés cet automne.
C'est vraiment facile à faire et c'est excellent. Ces boudins blancs n'ont définitivement rien à voir avec ceux qu'on trouve sous-vide à l'épicerie. Les miens ont plus de texture et très goûteux.
Je comptais en mettre une bonne partie au congélateur, mais Ian et monsieur Gourmandises ont tellement aimé que j'ai dû revoir mes projets à la baisse.

Toutefois, j'ai réservé une petite partie de ma production, pour en servir dans des cuillères, pour l'apéro du souper de Noël, histoire de faire goûter et tout le monde a beaucoup apprécié.

Pour 20 boudins blancs :
Garniture aromatique :
1 cuillère à table (15 g) de beurre
1/2 poireau taillé en brunoise
1 carotte taillée en brunoise
1 échalote grise, hachée
1 grosse gousse d'ail
3 clous de girofle
1 bouquet garni
1 écorce d'orange
2 cuillères à table (30 g) de beurre
2 et 1/2 tasses (625 ml) de lait
7 cuillères à table (100 ml) de crème 35 %

Boudin blanc :
2,2 lb (1 kg) de blancs de volaille
30 g (peser) de sel
3 g (peser) de poivre
10 g (peser) de ceps déshydratés, réhydratés dans l'eau chaude
7 oeufs
Boyaux de porc naturels

Beurre pour sauter
2 pommes
1 tasse (250 ml) de canneberges fraîches ou surgelées




Garniture aromatique :
Dans une casserole, faire revenir au beurre tous les ingrédients de la garniture aromatique, sauf le lait et la crème, pendant 5 minutes.
Ajouter le lait et la crème, amener à ébullition et laisser infuser à couvert et à feu très doux pendant 30 minutes, sans faire bouillir.
Égoutter à l'aide d'un tamis placé au dessus d'une casserole pour récupérer le liquide infusé et réserver au chaud.

Boudin :
Passer les blancs de volaille au hache-viande, puis au robot avec le sel, le poivre et les ceps réhydratés.
Ajouter les oeufs et incorporer ensuite le lait chaud infusé à 140 F (60 C).
À l'aide d'une douille ou d'un poussoir à saucisses, remplir les boyaux de porc, sans trop de pression.
Cuire à l'eau pendant 25 minutes, à 176 F (80 C).
Refroidir rapidement en plongeant les boudins blancs dans l'eau froide.
Égoutter et éponger avec des essuie-tout. Réserver.


Éplucher et couper les pommes en quartiers.
Faire revenir les pommes et les canneberges dans un peu de beurre, quelques minutes à feu moyen.
Enlever la peau des boudins à l'aide d'un couteau, puis couper des tranches d'1/4 po (1 cm).
Dans une poêle, faire colorer les tranches de boudin blanc sur les deux faces.
Servir dans des cuillères en remplissant le fond de compotée de pommes et canneberges, puis en déposant 2 rondelles de boudins blancs dessus.

Si vous servez ce plat comme plat principal, ne coupez pas les boudins blancs en rondelles. Faîtes-les revenir entiers et accompagner d'une purée de pommes de terre et de légumes verts.

26 mai 2011

MUFFINS AUX FRAISES ET À LA CRÈME


Cela fait un bon moment que j'ai fais ces muffins, et si je n'avais pas fait le ménage dans mes brouillons des recettes que je n'ai pas pris le temps de publier, elle vous serait passée sous le nez.
La recette est tirée de ce joli petit livre, en photo ci-dessous, dont je vous ai déjà parlé quand j'ai réalisé ces muffins tropicaux aux bananes et fruits de la passion.
Ces muffins ressemblent plus à des cupcakes pour la texture, car ils sont assez denses mais néanmoins très moelleux.
C'est une petite simple qui permet de passer un restant de fraises ou autres petits fruits.
Pour d'autres recettes faciles, rendez-vous sur le site de LMD.


Pour 12 muffins :
2 tasses (300 g) de farine
1 cuillère à table (15 ml) de poudre à pâte (levure chimique)
1 pincée de sel
1/2 tasse (100 g) de sucre
1 tasse (250 ml) de fraises, coupées en morceaux
2 oeufs
1 tasse (250 ml) de crème 15%
6 cuillères à table (90 g) de beurre fondu
1 cuillère à thé d'extrait de vanille


Préchauffer le four à 400 F (200 C).
Préparer une plaque à muffins de 12 empreintes de caissettes en papier.

Dans un bol, combiner la farine, la poudre à pâte, le sel et le sucre.
Ajouter les fraises et bien enrober, ce qui évitera que les morceaux se retrouvent au fond des muffins.

Dans un autre bol, mélanger les oeufs, la crème, le beurre fondu et la vanille.
Ajouter la préparation au mélange précédent, et mélanger à la fourchette juste assez pour que la farine n'apparaisse plus.

Répartir la préparation dans les caissettes puis enfourner pour 20 minutes.
Sortir du four et laisser refroidir 5 minutes dans le four avant de transférer sur une grille jusqu'à complet refroidissement.
Imprimer la recette

19 octobre 2010

CRÈME LÉGÈRE AU THÉ VERT À L'AMANDE, PURÉE D'ABRICOT TATIN


La recette peut paraître hors-saison, mais ce n'est pas le cas. Cet été, j'ai acheté beaucoup d'abricots pour mes confitures, et j'en ai réservés beaucoup au congélateur, histoire de prolonger "les crises de goût d'été" !
Pour ces verrines, je me suis inspirée de plusieurs recettes de Patrice Demers :
La première est sa crème légère au thé Earl Grey, qui habituellement, remplissent ses petits choux. À la différence, que je ne voulais pas une crème si épaisse, je l'ai donc allongée de lait.
Pour la purée d'abricots tatin, l'inspiration vient tout droit de sa purée de pommes tatin que j'ai adorée.
L'amande et l'abricot ont pour moi des saveurs complémentaires, aussi, j'ai utilisé thé vert à l'amande de chez kusmi Tea pour parfumer les crèmes légères.
Ce sont des verrines qui ne sont pas trop sucrées, avec un bon équilibre dans la douceur et l'acidulé.
Le résultat est bien plus que satisfaisant, c'est vraiment trop, trop bon !


Pour 4 verrines :
Crème légère au thé vert à l'amande :
2 tasses ( 500 ml ) de lait
1/4 tasse ( 50 g ) + 1 cuillère à table de sucre
2 cuillères à table de thé vert à l'amande
2 jaunes d'oeufs
2 cuillères à table de fécule de maïs
1/2 cuillère à thé de gélatine en poudre soit 1 feuille
1 cuillère à table de lait
1/2 tasse ( 125 ml ) de crème 35 %

Purée d'abricots tatin :
600 g d'abricots, congelés, décongelés
2 cuillères à soupe (30 ml) de sirop de maïs
1 tasse (200 g) de sucre
Eau (pour le sirop, en quantité suffisante pour couvrir le sucre dans la casserole)
¼ de tasse (60 g ) de beurre non salé
1 ou 2 cuillères à soupe (de 15 à 30 ml) d'eau


Crème légère au thé vert à l'amande :
Dans une casserole, porter le lait et la moitié du sucre à ébullition.
Retirer du feu, ajouter le thé vert à l'amande et laisser infuser 5 minutes.
Passer dans un chinois et remettre sur le feu.

Faire gonfler la gélatine dans la cuillère à table de lait pendant 10 minutes.

À l'aide d'un fouet, faire mousser les jaunes d'oeufs, le reste du sucre et la fécule de maïs en mélangeant énergiquement.
Verser graduellement le liquide chaud sur les jaunes d'oeufs en remuant pour les tempérer.
Remettre le tout à feu moyen en mélangeant à l'aide d'un fouet, jusqu'à épaississement.

Retirer du feu et ajouter la gélatine qui aura, au préalable, été fondue quelques secondes au micro-ondes.
Laisser tempérer la crème.

Au batteur électrique, fouetter la crème 35 % jusqu'à ce qu'elle forme des pics mous et l'incorporer à la crème pâtissière au thé.
Verser dans les verrines et laisser prendre au réfrigérateur.

Purée d'abricots tatin :
Préchauffer le four à 450 F ( 230 C ).

Dans une casserole, mettre le sirop de maïs, le sucre et juste assez d'eau pour couvrir le sucre.
Faire cuire à feu vif, sans brasser, jusqu'à l'obtention d'un caramel assez foncé.
Retirer du feu et ajouter le beurre puis mélanger.

Déposer les abricots dans une poêle allant au four, verser le caramel dessus et ajouter 1 ou 2 cuillères à soupe (de 15 à 30 ml) d'eau.
Enfourner à 450 F ( 230 C ) et laisser cuire environ 30 minutes, en prenant soin de brasser toutes les 5 minutes pour favoriser une caramélisation optimale.
Les fruits sont prêts lorsqu'ils sont caramélisés uniformément et qu'ils s'écrasent facilement à la spatule.

Laisser les abricots refroidir complètement et les réduire en purée parfaitement lisse. Un peu d'eau peut être ajoutée si la purée semble trop épaisse.
Verser dans des petits pots et conserver au froid jusqu'à 2 semaines. La purée peut aussi se garder congelée pendant 2 mois.

Montage :
Verser de la purée d'abricots tatin sur les crèmes légères au thé vert à l'amande.
Réserver au réfrigérateur jusqu'au moment de servir.
Imprimer la recette

28 septembre 2010

CRÈME DE PATATES DOUCES ET DE POIREAUX


C'est quand on goûte cette soupe que le mot" crème" prend toute sa signification. C'est doux et onctueux et suffisant pour que je me resserve deux fois, et je ne fasse de cette crème, tout mon repas.
La recette est de Jean-François Plante et était dans le fascicule du Journal de Montréal de la fin de semaine ( que j'ai acheté exprès pour avoir le fascicule ).
Pour faire mes croustilles, je les ai préparées en coupant une patate douce en lamelles, à la mandoline.
Je les ai ensuite faites frire, les ai bien égouttées sur papier absorbant pour finalement, les passer quelques minutes au four, saupoudrées de sel Maldon. Simple et efficace mais surtout très bon !

Pour environ 2 litres de crème :
1 cuillère à table de beurre
1 cuillère à table d'huile
4 gousses d'ail
1 petit oignon rouge, émincé finement
3 tasses ( 750 ml ) de blanc de poireau, émincé
5 tasses ( 1,25 litre) de bouillon de poulet
2 grosses pommes de terre, pelées et coupées en dés
2 tasses ( 500 ml ) de patates douces, pelées et coupées en dés
2 cuillères à thé de thym séché
1 tasse ( 250 ml ) de lait
1/2 tasse ( 125 ml ) de crème champêtre 15 %
Poivre au moulin


Dans une grande casserole, faire fondre le beurre dans l'huile.
Faire dorer l'ail, l'oignon et le poireau 5 minutes.

Mouiller avec le bouillon. Poivrer au goût.
Ajouter les pommes de terres, les patates douces et le thym.
Laisser mijoter 20 minutes à découvert.

Passer le tout au mélangeur plongeur jusqu'à l'obtention d'une belle consistance onctueuse.
Incorporer le lait et la crème en fouettant un peu.
Chauffer quelques minutes et servir fumant avec des croustilles de patates douces saupoudrées de fleur de sel.
Imprimer la recette

16 janvier 2010

PETITS POTS DE CRÈMES À L'ORANGE


Pendant les vacances de Noël, nous sommes allés dîner au buffet Maharaja à Montréal, et comme le buffet concerne aussi les desserts, nous avons goûté à peu près à tout.
Il y avait entre autres, des crèmes à l'orange que ma grenouille et moi avons dégustées avec délectation.
J'ai donc reproduit ce dessert essayant de me rapprocher le plus possible, du goût de l'original.
C'est léger et très crémeux et bien meilleur encore qu'au restaurant. Je n'ai qu'un seul regret : ne pas avoir doublé la recette !

Pour 4 pots de crèmes
1 et 1/2 tasses ( 375 ml ) de jus d'orange fraichement pressé
Le zeste fin d'une orange
6 cuillères à table de sucre
3 cuillères à table de fécule de maïs
2 gros oeufs
1/4 tasse ( 60 g ) de beurre non salé


Dans une casserole chauffer le jus d'orange et le zeste.
Pendant ce temps, combiner dans un bol, le sucre, la fécule de maïs et les oeufs. Mélanger jusqu'à consistance lisse.
Filtrer le jus chaud dans un tamis, pour enlever la pulpe et le zeste, et l'incorporer doucement au mélange d'oeufs, tout en mélangeant bien.

Remettre la préparation dans la casserole, et cuire en mélangeant bien au fouet, jusqu'à épaississement.
Hors du feu, ajouter le beurre, coupé en morceaux et bien mélanger au fouet, jusqu'à ce que le beurre soit fondu et bien incorporé.
Partager la préparation dans 4 ramequins. Couvrir les ramequins de film alimentaire, laisser refroidir à température de la pièce avant de réfrigérer jusqu'au service.
Imprimer la recette