PETS DE NONNE CITRONNÉS




Ne pas confondre les pets de nonne avec les pets de soeur, qui sont un mets traditionnel canadien français, typique du Québec et de l’Acadie. Il s’agit d’un dessert en forme de brioche, constitué d’une pâte recouverte de cassonade et cuite au four.
Une variation consiste à utiliser de la mélasse au lieu de la cassonade, mais à l’origine c’était bel et bien le sucre brun qui était utilisé.
De plus, elle est souvent fabriquée avec des restants de pâtes à tartes. Il s’agit toujours d’un dessert populaire de nos jours dans certaines régions.

Les pets de nonne sont de petits beignets ronds, de 3 à 4 cm de diamètre, faits en pâte à choux.
Selon la légende, une religieuse vivant à l’Abbaye de Marmoutier, fit un pet dans la cuisine, alors qu’on préparait un festin pour un archévèque célèbre.
Les autres religieuses s’esclaffèrent, tout en laissant tomber une cuillerée de pâte à choux dans un récipient d’huile chaude.
Ainsi naquit ce type de beignet en France, léger comme un souffle que certains préfèrent nommer « beignet de vent » ou « soupir de nonne ».

Quand j'ai fait ces beignes, je me suis dit que c'était le jour pour faire cette recette, quitte à faire de la friture et à sentir le graillon, autant que ce soit fait le même jour.
Ces beignets font partis de mes beignets préférés, mais il faut dire aussi que je suis une fan inconditionnelle de la pâte à choux.

3/4 tasse ( 180 ml ) de lait
1/4 tasse ( 60 g ) de beurre
1/2 cuillère à thé de sel
Le zeste d'un citron, finement râpé
1 tasse ( 120 g ) de farine
3 gros oeufs

Huile végétale pour friture

1/2 tasse ( 100 g ) de sucre à glacer
1 cuillère à thé de cannelle en poudre


Dans une casserole, porter à ébullition, le lait, le beurre, le sel et le zeste de citron.
Ajouter la farine d'un coup et mélanger vigoureusement à la cuillère de bois jusqu'à ce que le mélange décolle de la paroi et forme une boule.

Mettre la pâte dans le bol du mélangeur, et ajouter les oeufs un à un en mélangeant bien entre chaque addition.

Faire chauffer l'huile dans la friteuse à 350 F ( 180 C ).

Dans un grand bol, mélanger le sucre à glacer et la cannelle. Réserver.


Avec les mains humectées, prélever de la pâte et la façonner en boule de la grosseur d'une grosse noix ( environ le contenu d'une cuillère à table ).

Plonger les boules de pâte dans l'huile et laisser frire 5 à 7 minutes , en les retournant de temps en temps, et jusqu'à ce qu'elles soient dorées.
Les retirer à l'aide d'une cuillère trouée et les laisser égoutter sur du papier absorbant.
Les enrober dans le mélange de sucre-cannelle.
À déguster chauds ou froids .
Imprimer la recette

Commentaires

  1. Ils sont très réussis ! Cela valait la peine que tu te "parfumes"... ;)

    Bises,

    Miette

    RépondreSupprimer
  2. YUM. They look perfect. And delicious.

    RépondreSupprimer
  3. OH!lala c'est trop tentant!!en plus au citron...je suis une citro-maniaque..mhh!

    RépondreSupprimer
  4. Quelle belle légende: je dirais qu'elle fait beaucoup de sens et est aussi très appropriée!

    RépondreSupprimer
  5. L'histoire de la religieuse m'a bien fait marrée! hi hi hi. Depuis que j'ai goûté les chouquettes chez toi, je ne vois plus la pâte à choux du même oeil... Cette recette m'appétisse donc au plus au point!

    RépondreSupprimer
  6. Ooooh qu'ils sont beaux ! J'ai mangé les meilleurs pets-de-nonnes qui soient dans le petit village de Queyssac-les-vignes, accompagnés de vin paillé (tout un poème !).

    Le vin paillé, c'est une spécialité de la région de Beaulieu : en septembre, on cueille les plus belles grappes bien mûres. Autrefois, on étalait ce raisin sélectionné sur de la paille dans un endroit bien sec. De nos jours, on utilise plutôt des clayettes en bois. Au bout de quelques mois, les grains desséchés se couvrent de la fameuse « moisissure noble ». Les grains sont alors prêts pour être pressés (avec le pressoir traditionnel) et transformés en vin. Le vin vieillira pendant un an en tonneaux. Ce vin paillé, délicieux en apéritif ou digestif, se retrouve souvent dans les recettes « melon au vin paillé » des restaurants de Beaulieu et de la région.

    RépondreSupprimer
  7. J'avais vu la même histoire pour l'origine du pet de none mais là j'y pense, les roues de tracteurs du Tim tirent leur origine de où d'après toi;))))

    RépondreSupprimer
  8. @Nathalie,
    les roues de tracteur du Tim, ce sont des roussettes, l'origine je ne la connais pas, mais je sais que c'est fait avec des moules cannelés..ce sont mes beignes préférés chez Tim car c'est de la pate à choux.
    On peut en faire avec une poche à patisserie et une douille cannelée...il faut juste faire des cercles sur du papier parchemin, et ensuite tu les mets à frire délicatement :)

    RépondreSupprimer
  9. pets de nonne de queyssac les vignes en cooreze j'allais avec mes parents qd j'etais enfant ds ce village les deguster ds un restaurant a coté duquel se situait une tour medieviale crenelée tres bon souvenirs de ces gourmandises j'ai voulu y revenir 35 ans plus tard le restaurant est fermé et je ne sais pas s'il existe encore ds ce village un endroit ou on peut les deguster

    RépondreSupprimer
  10. Exactement le même souvenir que Anonyme 2011 ! En vacances chez ma tante à Vayrac, nous allions déguster des pets de nonne pour le goûter et les adultes consommaient du vin paillé...On s'installait dans un jardin qui surplombait toute une vallée, c'était peut-être la cour d'un château !Il me reste des images magnifiques et le souvenir de ces petits beignets fondants et délicieux

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Merci de vos commentaires qui sont toujours très appréciés.
Laissez-moi un nom, cela évite que je vous réponde anonymement :)

Messages les plus consultés