SABAYON DE FRAMBOISES


En 2002, Alain Davidson écrivait dans " The Penguin Companion to Food" qu'au XVIe siècle, lorsque Giovanni Baglioni s'apprêta à investir Reggio Emilia, ville du nord de l'Italie, il fut bien obligé de se procurer des victuailles pour ses hommes.
Ces derniers ne trouvèrent et réquisitionnèrent pas grand-chose chez les paysans des alentours: simplement des œufs, du sucre, du vin et quelques herbes aromatiques.
Faute de mieux, le condottiere donna l'ordre de bien mélanger ces ingrédients et de distribuer cette soupe à la troupe. Contre toute attente, les soldats furent emballés par ce menu et se précipitèrent le lendemain avec une telle énergie qu'ils prirent la ville en un clin d'œil.
Les rares survivants de l'autre camp leur demandèrent quelle était leur arme secrète.
Et les soldats leur répondirent: «Zvan Bajoun» - nom de leur chef en dialecte émilien.
Avec le temps, le nom fut déformé en «zambajoun», puis «zabajone» et «zabaglione».

Une autre histoire, aussi peu attestée d'ailleurs que la précédente, se déroule également dans l'Italie du XVIe siècle: le père franciscain Pasquale Baylon, homme d'église mais aussi excellent cuisinier, avait créé pour les malades et les époux fatigués de pécheresses repenties un fortifiant à base d'œufs et de vin, «la crema di San Baylon», qui finit par donner «Sambayon». Plus tard, le moine fut canonisé et il est depuis le patron des cuisiniers.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le bain-marie ne doit pas son nom à une jolie baigneuse, mais à Marie la Juive, une alchimiste qui exerçait à Alexandrie au 1er siècle avant notre ère et s'intéressait à l'art culinaire.
En plus de ce récipient à double paroi servant à chauffer doucement des substances, on lui attribue l'invention du premier alambic.

D'autres sources situent l'origine de ce procédé culinaire en Italie. D'après elles, les cuisiniers attitrés de Catherine de Médicis auraient introduit le «bagnomaria» en France en 1533, connu ensuite sous le nom de «bain-marie».
(Alan Davidson " The Penguin Companion to Food" )

Ce sabayon était une première pour moi et c'est tellement facile et tellement bon qu'il y a de fortes chances que je récidive !

4 jaunes d’œufs
60 ml (1/4 tasse) de sucre
1/2 tasse ( 125 ml ) de crème de framboises
500 ml (2 tasses) de framboises fraîches


Mettre les jaunes d’œufs, le sucre et la crème de framboises dans un bain-marie.
Le mettre au-dessus d'eau frémissante et fouetter au batteur électrique une dizaine de minutes, jusqu’à l’obtention d’une crème épaisse et onctueuse.

Mettre les framboises dans quatre coupes et les napper de sabayon chaud.
Servir aussitôt.
Imprimer la recette

Commentaires

  1. Magnifico, deve ser uma delicia.
    Kiss

    RépondreSupprimer
  2. humm belles petites choses tout ça. j'adore les framboises

    RépondreSupprimer
  3. Mmmm... très italo-franco ce québéco sabayon! LOL
    Je l'imagine tiède et délicieux!
    Hein? que tu m'en feras d'autre quand on se verra!?

    RépondreSupprimer
  4. YUM. What a great dessert. Looks delicious.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Isa,

    la crème de framboise, c'est alcolisé?

    RépondreSupprimer
  6. @Maryse
    oui c'est la crème que l'on met met dans le vin blanc pour faire du kir.
    celle que j'ai utilisée est faite maison, mais tu auras une grande gamme de choix à la saq

    RépondreSupprimer
  7. C'est très interressant cet article sur l'origine du sabayon
    Ta recette a l'air délicieuse et les photos me mettent l'eau à la bouche

    RépondreSupprimer
  8. I'll have to make this as our berry season is upon us. Cooks Illustrated magazine has a similar recipe in the current issue.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Merci de vos commentaires qui sont toujours très appréciés.
Laissez-moi un nom, cela évite que je vous réponde anonymement :)

Messages les plus consultés